POLITIQUE

La députée «fantôme» Sana Hassainia dépense plus que la moyenne

29/01/2015 01:34 EST | Actualisé 29/01/2015 01:35 EST
PC

La députée de Verchères-Les Patriotes, Sana Hassainia, a réclamé davantage de remboursements pour ses déplacements que la moyenne des députés de sa région, malgré son peu d'assiduité au travail.

Un texte de Thomas Gerbet

La députée « fantôme » a déclaré des dépenses de 9609$ pour ses déplacements à titre d'élue, entre le 1er avril et le 30 septembre 2014. Malgré ses nombreuses absences, tant à la Chambre des communes qu'auprès des citoyens de sa circonscription, elle débourse davantage que la moyenne quand on la compare aux autres députés de la banlieue sud de Montréal.

Nous avons demandé au bureau de Sana Hassainia comment expliquer de telles dépenses au regard de son travail parlementaire, nous attendons une réponse.

Qu'a fait Sana Hassainia à Ottawa entre le 1er avril et le 30 septembre 2014?

  • Elle a participé à 15 votes (le plus récent est le 3 juin 2014 selon le registre des Communes)
  • Elle s'est levée quatre fois pour intervenir lors des débats
  • Elle n'est pas intervenue en comité parlementaire
  • Elle n'a pas parrainé de projet de loi

Les députés obtiennent des remboursements pour toutes sortes de dépenses comme l'impression de publicités, le matériel de bureau, ou pour leurs déplacements et frais d'hébergement liés à leurs fonctions parlementaires. L'élu bénéficie également d'une indemnité journalière en déplacement. Par ailleurs, il peut obtenir un remboursement lorsqu'un employé ou une personne à charge, comme un enfant, voyage également.

Pour consulter le rapport de dépense complet de Sana Hassainia

Un nouvel élu local témoigne des absences de la députée

Après le député provincial Stéphane Bergeron, c'est au tour du maire de Saint-Antoine-sur-Richelieu, Denis Campeau, de dénoncer publiquement le manque de présence de Sana Hassainia auprès de ses citoyens de la circonscription de Verchères-Les Patriotes.

« Effectivement c'est une députée fantôme. », écrit le maire Campeau dans un courriel transmis à Radio-Canada. « De mémoire, je dirais que nous avons eu la visite d'un attaché politique probablement deux ou trois fois en début de mandat. Elle remet une contribution pour notre festival l'été et c'est tout, je crois. »

« Nous ne l'invitons plus, car elle ne répond pas. C'est désolant » — Denis Campeau, maire de Saint-Antoine-sur-Richelieu

Quelques semaines après son élection en 2011, Sana Hassainia s'était plainte de la rémunération des députés fédéraux [163 000 $ par année] dans une entrevue au journal local La Seigneurie. « Les gens pensent que je suis là par opportunisme », disait-elle. « On nous donne un bon salaire, c'est vrai, mais le travail que nous avons à faire est énorme, autant à Ottawa qu'ici, dans la circonscription. »

« Honnêtement, avec tout ce que l'on a à faire, c'est peut-être même pas assez payé ! On doit vivre entre deux maisons, deux bureaux et gérer des employés » — Sana Hassainia, lors d'une entrevue au journal local La Seigneurie, en août 2011

Des pénalités pour les absences ?

La Loi sur le Parlement prévoit qu' « une somme de cent vingt dollars par jour est déduite de l'indemnité de session pour chaque jour, au-delà de vingt et un, où le parlementaire n'assiste pas à une séance de la chambre dont il fait partie ». Cependant, on peut lire sur le site web de la Chambre des communes qu' « il n'existe aucun mécanisme officiel pour vérifier l'assiduité des députés ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter