NOUVELLES

«Red Army»: l'histoire de l'Union soviétique à travers le hockey

29/01/2015 06:36 EST | Actualisé 31/03/2015 05:12 EDT

TORONTO - Ça ne prend qu'un instant pour comprendre que «Red Army» est plus qu'un film sur le hockey.

Oui, le documentaire utilise beaucoup d'images de la célèbre équipe nationale de l'Union soviétique marquant des buts spectaculaires et s'entraînant rigoureusement, alors qu'elle est présentée comme un symbole de la force de la nation.

Mais il s'agit aussi d'un regard sur la vie derrière le rideau de fer, sur le quotidien d'un groupe d'hommes qui sont devenus des acteurs importants de la Russie actuelle.

«Le sport est une expression créatrice et ces gars-là ont fait monter la barre», a déclaré le cinéaste Gabe Polsky lors d'une entrevue à Toronto.

«Même s'il s'agissait d'un système politique oppressif, leur style de hockey était très ouvert et c'est très paradoxal.»

Pour Polsky, dont les parents ont immigré de l'ancienne Union soviétique vers les États-Unis, le documentaire est un projet très personnel. Il a grandi en jouant au hockey et a évolué sous les ordres d'un des premiers entraîneurs soviétiques aux États-Unis.

L'analyse de l'approche soviétique — le travail collectif, l'étude de mouvements de ballet et plusieurs pirouettes sur la glace lors des entraînements — fait partie des moments forts du documentaire, qui explore comment le sport peut affecter la politique.

Le film raconte l'histoire de Viatcheslav Fetisov, ancien capitaine de l'équipe nationale soviétique, membre du Temple de la renommée du hockey et vainqueur de deux médailles d'or olympique, plusieurs titres mondiaux et trois coupes Stanley.

Fetisov — qui est maintenant politicien en Russie — raconte comment il était surveillé par des agents du gouvernement jusqu'à ce qu'il quitte l'Union soviétique afin de jouer dans la Ligue nationale de hockey. Son récit est entrelacé d'entrevues avec ses anciens coéquipiers, des journalistes et même un ancien agent du KGB.

Les différences entre l'équipe de hockey nationale soviétique et le style de hockey nord-américain servent de métaphore pour la lutte entre le communisme et le capitalisme au coeur de la Guerre froide.

«Je voulais dépasser des frontières du hockey afin de toucher différentes nuances», a raconté Polsky.

«Du côté géopolitique, du côté de l'impact du sport en Union soviétique, sur le fait qu'ils ont révolutionné le sport, le hockey, la créativité.»

Polsky espère que son documentaire permettra d'aider à comprendre la manière de penser des Russes à une époque où les relations sont à nouveau tendues avec les pays occidentaux.

«Ce que mon film fait, c'est raconter l'histoire de ces gens, de leur âme. Ils ont grandi en Union soviétique, ils ont vécu ces expériences et maintenant, ils dirigent le pays», a-t-il dit.

«Il y a une mentalité qui est présente dans le film qui permet de les comprendre d'une certaine manière. Ça ne va pas résoudre quoi que ce soit, mais peut-être que ça va aider les gens à se comprendre un peu, comprendre les personnes qui ont grandi derrière le rideau de fer.»

«Red Army» arrive en salle à Toronto et Vancouver vendredi. Au Québec, sa sortie est prévue le 27 février.

PLUS:pc