POLITIQUE

Soutien sur la colline du Parlement au blogueur Raïf Badawi

29/01/2015 01:19 EST | Actualisé 29/01/2015 03:07 EST
Radio-Canada

Des politiciens fédéraux demandent à leur tour l'intervention du premier ministre Stephen Harper pour obtenir la libération du blogueur saoudien Raïf Badawi, détenu en Arabie saoudite.

En point de presse cet avant-midi, le député libéral et ancien ministre de la Justice, Irwin Cotler, et le député néo-démocrate de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault, notamment, ont joint leur voix à la femme du blogueur, Ensaf Haidar, et à Amnistie internationale.

« Le Canada n'a pas seulement un droit, mais une responsabilité à l'égard de la libération immédiate de Badawi », a déclaré M. Cutler, et ce même si M. Badawi n'est pas citoyen canadien.

Qui est Raif Badawi?

Tout en notant le lien familial établi avec le blogueur, puisque sa femme et ses enfants résident à Sherbrooke, Irwin Cutler a souligné que les violations envers la liberté d'expression et de religion contreviennent à la Charte canadienne des droits et libertés.

Ces violations s'opposent également aux engagements de la communauté internationale, incluant ceux du Canada.

Enfin, les députés canadiens sont à la tête d'un vaste mouvement d'appui, qui a atteint leurs collègues de l'Europe et de l'Asie.

Pour ces raisons, le député libéral, qui a rencontré le ministre des Affaires étrangères, John Baird, croit « que c'est nécessaire d'avoir le leadership du premier ministre à la tête pour assurer la libération de M. Badawi. »

« C'est une obligation ici, comme pays, comme parlement, d'être un défendeur de ces droits et libertés. » — Iriwin Cutler, député libéral de la circonscription de Mont-Royal

Ce message a été repris par les représentants d'Aministie internationale.

« On a besoin de tous les appuis pour maintenir la mobilisation, même l'amplifier. [...] Nous avons un devoir moral de réunir la famille », a soutenu la directrice générale de la section francophone canadienne, Béatrice Vaugrante.

Aministie internationale a recueilli presque 150 000 signatures de Canadiens pour sa pétition exigeant la libération de Raif Badawi. À l'échelle planétaire, ce sont environ 1 million de personnes qui ont signé le document.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a déjà lancé un appel à la clémence aux autorités saoudiennes. Il a souligné que cette la peine infligée au blogueur constituait une « violation de la dignité humaine ».

Une manifestation est prévue cet après-midi à Ottawa, de la colline du Parlement jusqu'à l'ambassade de l'Arabie saoudite.

État de santé préoccupant

Raif Badawi doit recevoir 1000 coups de fouet au rythme de 50 par semaine, jusqu'à 20 semaines. Il avait été arrêté en juin 2012 après avoir critiqué le régime saoudien et s'être exprimé sur l'islam sur son blogue.

Il a également été condamné à 10 ans de prison et à 300 000 $ d'amende.

Les premiers 50 coups de fouet ont été administrés le 9 janvier. L'Arabie saoudite a reporté les séances de flagellation subséquentes, invoquant l'état de santé déficient de Raif Badawi.

Sa femme, Ensaf Haidar, a déclaré lors du point de presse que l'état de santé de son mari se détériore, comme l'a confirmé un médecin qui l'a examiné la semaine dernière. Elle se dit inquiète, d'autant plus qu'il souffre de haute pression.

Malgré tout, la prochaine séance publique de flagellation du blogueur est prévue demain.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

12 dessins pour la liberté de la presse