NOUVELLES

Le Sénat américain approuve la construction de l'oléoduc Keystone XL

29/01/2015 02:52 EST | Actualisé 31/03/2015 05:12 EDT

WASHINGTON - Le Sénat américain contrôlé par les républicains a voté en faveur d'un projet de loi bipartisan approuvant la construction de l'oléoduc canadien transfrontalier Keystone XL, défiant le président Barack Obama qui a promis d'opposer son veto à ce projet.

Le projet de loi sur Keystone a été approuvé par 62 voix contre 36. Il s'agit de la première fois que le Sénat réussit à approuver un projet de loi autorisant l'oléoduc, malgré de nombreuses tentatives pour forcer la main du président. Neuf démocrates et 53 républicains ont voté en faveur du projet de loi qui autoriserait la construction de l'oléoduc de 1900 kilomètres de l'entreprise TransCanada (TSX:TRP), qui transporterait le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'aux raffineries du golfe du Mexique.

Malgré cela, il manque tout de même quelques votes pour outrepasser un veto éventuel du président Obama.

La construction de l'oléoduc transfrontalier est une des priorités des républicains depuis les élections de mi-mandat. Les républicains, et même certains démocrates, veulent que la construction aille de l'avant pour les emplois qui en découleraient.

Les républicains, qui contrôlent désormais le Sénat, dressent donc ainsi la table pour une bataille — qui ne devrait pas être la seule — avec la Maison-Blanche au sujet des ressources et de l'environnement.

Russ Girling, le président et chef de la direction de TransCanada, une entreprise établie à Calgary, a affirmé être encouragé par le soutien à Keystone venant des deux partis. Dans une déclaration, M. Girling répond aux interrogations, à savoir si le projet devrait aller de l'avant malgré la chute du prix du pétrole.

«Keystone XL est un projet dont on avait besoin lorsque le prix du baril de pétrole était de moins de 40 $ en 2008, quand nous avons fait notre première demande. On en avait besoin lorsqu'il était à 100 $ l'an dernier, et on a besoin alors qu'il tourne autour de 45 $ aujourd'hui», a-t-il fait valoir.

Ce vote fait suite à des semaines de débats parfois houleux qui ont même, à une occasion, gardé les élus en session jusqu'au petit matin. Des dizaines d'ajouts au projet de loi ont été étudiés, mais seuls quelques-uns se sont rendus jusqu'au document final, dont un reconnaissant que les changements climatiques sont bien réels.

Proposé pour la première fois en 2008, le projet évalué à 8 milliards $ a été retardé maintes fois, notamment dans l'État du Nebraska, qu'il traverserait, et par la Maison-Blanche, où le président résiste à la pression du Congrès pour qu'il prenne une décision. En 2012, Barack Obama a rejeté le projet après que le Congrès eut ajouté une mesure qui lui imposait une date limite pour rendre une décision. TransCanada avait déposé à nouveau une demande.

PLUS:pc