NOUVELLES

Ebola: l'OMS veut mettre fin à l'épidémie et non seulement la ralentir

29/01/2015 09:41 EST | Actualisé 31/03/2015 05:12 EDT

LONDRES - Les responsables de la santé veulent maintenant mettre fin à la pire épidémie de virus Ebola de l'histoire et non seulement freiner la propagation du virus, a annoncé jeudi l'Organisation mondiale de la Santé.

L'agence onusienne de la santé a indiqué que les trois pays les plus durement touchés — la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone — dénombrent moins de 100 cas au cours de la dernière semaine, pour la première fois depuis le mois de juin.

Malgré tout, l'OMS a prévenu que seulement 30 pour cent des nouvelles infections en Guinée surviennent après un contact avec une personne infectée connue, ce qui signifie qu'on ne sait pas comment la majorité des victimes s'infectent. Ce pourcentage est de 50 pour cent au Liberia et on ne dispose pas de données pour la Sierra Leone.

Le taux de mortalité des patients hospitalisés est d'environ 60 pour cent.

Le chef de la lutte à l'Ebola pour l'OMS, le docteur Bruce Aylward, a lancé que le virus n'est toujours pas sous contrôle, malgré ces progrès. Il a ajouté que la situation demeure extrêmement dangereuse.

Les chercheurs de l'Institut Pasteur, à Paris, ont commencé à étudier le virus pour déterminer s'il a subi des mutations génétiques importantes depuis le début de l'épidémie.

PLUS:pc