NOUVELLES

Allégations de corruption contre Bombardier en Corée du Sud (VIDÉO)

28/01/2015 09:05 EST | Actualisé 29/01/2015 12:07 EST

Alors que le projet de SLR sur le pont Champlain est plus que jamais dans l'actualité au Québec, Radio-Canada a appris que des allégations de corruption visent Bombardier dans un projet de train en Corée du Sud. Un train qui s'est avéré être un éléphant blanc, et qui a criblé Yongin de dettes.

Un texte de Marie-Maude Denis et de Martyne Bourdeau

Avec ses 950 000 habitants, Yongin n'est que la 12e ville en importance en Corée du Sud. Pourtant, cette banlieue de Séoul dispose d'un métro aérien qui ferait l'envie des grandes métropoles. Un train qui, faute de passagers, n'est composé que d'une seule voiture.

« Au début, on pensait que ce serait un métro, mais le train léger de Yongin n'a qu'une seule voiture, alors on pourrait dire que c'est comme un autobus », ironise Hyun Geun Taek, un avocat qui a intenté un recours judiciaire au nom des citoyens de Yongin, pour que les responsables du projet rendent des comptes.

Sur place, notre équipe a découvert que le projet en partenariat public-privé a plombé les finances de la Ville. En incluant l'entretien, le train - appelé Everline - pourrait coûter plus de 3,5 milliards de dollars sur 30 ans aux contribuables.

C'est un consortium mené par Bombardier qui a convaincu la Ville d'opter pour cette technologie. Une décision largement basée sur une prévision de 183 000 passagers par jour faite par des fonctionnaires de l'Institut des transports. Or, à la mise en service du train, il y avait 16 fois moins de passagers que prévu, soit moins de 10 000 par jour.

« C'était un achalandage complètement gonflé. On peut même dire que c'est une farce. » — Yoo Jin-sun, conseillère municipale

L'achalandage a augmenté à 20 000 passagers par jour l'automne dernier, selon Bombardier, ce qui est encore sept fois moins que prévu.

Allégations de corruption

L'Unité spéciale d'enquête, l'équivalent coréen de notre Unité permanente anticorruption (UPAC), a enquêté sur ce projet réalisé en PPP. Leur rapport, que nous avons obtenu, soutient que Bombardier a offert des cadeaux et des voyages aux fonctionnaires qui ont recommandé sa technologie. Les élus de la ville de Yongin n'étaient pas en reste.

« Entre 2003 et 2005, Bombardier a payé trois voyages au Canada à 37 personnes. Billets d'avion en classe affaires, golf, tourisme et hôtels luxueux. Dix-huit d'entre elles étaient membres du conseil municipal de Yongin. » — Hyun Geun Taek, avocat

L'Unité spéciale d'enquête qualifie la situation de corruption. Mais le vice-président pour l'Asie du Nord de la Division Systèmes chez Bombardier, le Québécois Serge Bisson, rejette complètement cette allégation.

« En fait, ce n'était pas un voyage d'agrément. [...] Il y a des besoins de convaincre ces gens-là que la technologie fonctionne bien », dit-il pour justifier les voyages offerts aux élus et aux fonctionnaires. « Si c'était de la corruption, ils nous auraient poursuivis », fait valoir Serge Bisson.

L'enquête avance aussi que Bombardier aurait constitué un fonds clandestin de 2 millions de dollars pour Kim Hak-pil, son représentant en Corée du Sud, qui est citoyen canadien. Une somme qui aurait servi à faire du lobbying pour d'autres projets en Corée. Ce que nie Serge Bisson.

« Ce que je sais, c'est qu'on n'a pas fait de paiements illicites, on n'a pas payé de pots-de-vin. » — Serge Bisson, vice-président pour l'Asie du Nord de la Division Systèmes chez Bombardier

Aucune accusation contre Bombardier n'a été portée dans cette affaire en raison de l'expiration des délais pour poursuivre, selon ce que l'Unité spéciale d'enquête écrit dans son rapport. Serge Bisson pense de son côté que c'est carrément par manque de preuve.

Un éléphant blanc

Au-delà des allégations de corruption, c'est le fardeau financier qui résulte du train qui choque les gens que nous avons rencontrés à Yongin.

« Ce sont les citoyens de Yongin qui sont victimes de la réduction des budgets dans l'éducation, la culture et l'aide sociale. » — So Chi-young, un autre conseiller municipal

« Nous offrions le chauffage dans les centres communautaires pour les personnes âgées. Cette année, c'est coupé », cite-t-il en exemple de compression budgétaire.

Le parlementaire Kim Minki va encore plus loin. « C'est une arnaque à la limite de la légalité, c'est ce que je pense. »

Alors que la Ville de Yongin coupe dans les programmes sociaux pour payer sa dette, Bombardier tire encore profit du train. La Ville lui verse environ 26 millions de dollars par année pour le contrat de gestion et d'entretien. Un contrat qui pourrait s'étendre sur 30 ans.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

La CSeries de Bombardier