NOUVELLES

Super Bowl - La popularité du football américain grandit hors des États-Unis

28/01/2015 05:13 EST | Actualisé 28/01/2015 05:17 EST
TIMOTHY A. CLARY via Getty Images
Quarterback Russell Wilson of the Seattle Seahawks holds the Vince Lombardi Trophy following victory over the Denver Broncos in Super Bowl 48 at MetLife Stadium in East Rutherford, New Jersey, on February 2, 2014. Seattle's Russell Wilson threw for two touchdowns and the Seahawks' ferocious defense overwhelmed Denver's record-setting offense, forcing three turnovers on the way to a stunning 43-8 victory in Super Bowl 48. AFP PHOTO / Timothy A. CLARY (Photo credit should read TIMOTHY A. CLARY/AFP/Getty Images)

La popularité du football américain grandit hors des Etats-Unis, en particulier en Chine et en Russie, selon une étude publiée mercredi à trois jours du Super Bowl, la grande finale de la Ligue nationale (NFL).

Selon une étude de Repucom, spécialisée dans le marketing sportif, "l'intérêt pour la NFL auprès de la population chinoise est passé depuis 2013 de 1,7% à 7,9%, soit un gain de 31 millions de fans".

Interrogée par l'AFP, la NFL explique cette progression par sa présence en Chine depuis deux ans.

"Nous progressons fortement en Chine, c'est le résultat direct de notre implication là-bas depuis 2013", explique Richard Young, l'un des responsables de NFL Chine.

Pour populariser une discipline aux règles difficiles à comprendre et à l'image violente, NFL Chine a notamment mis en place un championnat universitaire de "flag football", où les plaquages sont remplacés par l'arrachage d'une bande de tissu accrochée à la ceinture des joueurs.

La NFL organise également des diffusions de matches de son championnat et des initiations dans les centre-villes de neuf métropoles chinoises.

Autres terres de mission pour le football américain, la Russie et la Grande-Bretagne : selon Repucom, 13,3% de la population russe, soit 10,38 millions de personnes, et 12,23% de la population britannique, s'intéressent à la NFL. Pour la Russie, le gain sur un an est de cinq millions de personnnes.

La NFL, qui avait lancé un championnat secondaire en Europe mêlant joueurs européens et américains avant d'y mettre un terme en 2007 faute de succès, mise désormais sur la délocalisation de matches de la saison régulière.

Londres et son célèbre Wembley Stadium vont ainsi encore accueillir trois matches en 2015.

La NFL n'a pas réussi, à la différence de sa concurrente du basket, la NBA, à former et recruter des joueurs européens qui ont percé dans son très exigeant championnat, à l'exception notable de l'Allemand Sebastian Vollmer, qui disputera le Super Bowl dimanche sous le maillot de New England.

"Il n'y a pas encore de parcours tout tracé pour les jeunes joueurs de talent en Europe pour arriver jusqu'en NFL", reconnaît David Tossell, directeur de la communication de NFL Europe.

"Souvenez-vous comme la NBA a connu un boom en Chine grâce à Yao Ming. Nous n'avons pas encore eu notre Yao Ming en Europe", admet-il.


LIRE AUSSI:

» Les publicités du Super Bowl 2015 (VIDÉOS)

» Katy Perry à la mi-temps: à quoi s'attendre? (VIDÉOS)

» PHOTOS: Les cheerleaders du Super Bowl 2015

» Pour sa nouvelle pub de Super Bowl, Budweiser Canada mise sur... le hockey (VIDÉO)


Le Super Bowl 2015 pour les nuls