Huffpost Canada Quebec qc

Sana Hassainia: une députée «fantôme»

Publication: Mis à jour:
Imprimer
Radio-Canada
Radio-Canada

Depuis qu'elle a été élue en 2011 sous les couleurs du NPD, Sana Hassainia brille par son absence. L'an dernier, la députée de Verchères-Les Patriotes, désormais indépendante, a manqué 94 % des votes à la Chambre des communes et elle est peu visible dans sa circonscription.

Un reportage de Thomas Gerbet

Ne cherchez pas Sana Hassainia au Parlement après 16 h : elle est rentrée chez elle. Et encore, ce sont les jours où elle s'est déplacée au bureau. « C'est mon choix, justifie-t-elle. J'ai une façon personnelle de concilier travail et vie de famille. »

La députée, payée 163 000 $ par année, reconnaît ne pas avoir une « assiduité suffisante ». Son plus récent témoignage en comité parlementaire remonte au 23 avril 2013 et elle s'est levée seulement huit fois, l'an dernier, pour intervenir lors des débats. Par ailleurs, en 2014, la députée a participé à 16 votes sur 269.

Sana Hassainia s'est fait connaître en septembre 2012 en allaitant son bébé à l'intérieur de la Chambre des communes. En août 2014, elle a claqué la porte du NPD en raison de sa divergence de position sur Israël avec le chef Thomas Mulcair. Déjà, à l'époque, son ancien parti s'était plaint de ses absences.

« J'accepte humblement cette mission et m'engage à les servir et à défendre leurs intérêts durant tout mon mandat. » — La députée Sana Hassainia remerciant les citoyens de Verchères-Les Patriotes lors de sa première intervention à la Chambre des communes le 13 juin 2011

Très rares apparitions dans sa circonscription

L'absentéisme de Sana Hassainia ne se remarque pas seulement à Ottawa. Plusieurs sources au sein de la circonscription de Verchères-Les Patriotes décrivent une élue « fantôme », à son bureau comme sur le terrain. Souvent, c'est son adjoint qui rencontre la population à sa place, ce qui n'a pas manqué, au fil des ans, de créer des conflits.

Une ancienne employée de son bureau de circonscription qui a tenu à garder l'anonymat, raconte que la députée abusait de la situation. « Elle était 90 % du temps chez elle », dit-elle.

Les propos de cette ex-employée sont corroborés par Jonathan Paré, qui a lui aussi travaillé pour Sana Hassainia au bureau de circonscription de Varennes, en 2011. « Elle était peu présente pour rencontrer les électeurs, les élus ou aller dans des événements. Elle offrait très très peu de plages horaires », dit-il.

« Les gens lui reprochaient [son absence] sur le terrain. Je l'entendais et je devais la défendre. Ils demandaient : "Pourquoi c'est vous qui êtes là et pas elle?" » — Jonathan Paré, ancien employé de Sana Hassainia en 2011

Sana Hassainia, 40 ans, a été élue lors de la vague orange de mai 2011. À l'époque, elle résidait à Montréal et connaissait peu ou pas sa circonscription. Quand elle est entrée en poste, elle était déjà enceinte. Elle a accouché en novembre 2011 de son premier enfant. En juin 2013, elle a mis au monde son deuxième bébé.

La circonscription de Verchères-Les Patriotes regroupe 80 000 citoyens dans 11 municipalités, dont Boucherville, Sainte-Julie, Varennes ou encore Contrecoeur.

La députée s'explique

Lorsque nous avons sollicité une entrevue avec la députée, une employée de son bureau de circonscription nous a répondu qu'elle se trouvait chez elle. Sana Hassainia a d'abord refusé de s'expliquer sur ses absences, avant de changer d'avis 24 heures plus tard.

En entrevue téléphonique, elle affirme travailler à domicile : « Il y a les courriels, le téléphone... je continue de servir mes citoyens. Pas tous les jours, mais quand c'est nécessaire, je le fais. Je fais aussi de l'excellent travail dans ma circonscription ».

Sana Hassainia jure participer à des soupers spaghettis, mais « pas tous », elle explique aussi participer surtout à des activités avec les citoyens « où l'on peut amener ses enfants ». Elle affirme que son mandat l'occupe parfois 60 heures par semaine, mais, des fois, seulement « 30 heures ».

Sana Hassainia explique qu'à Ottawa, elle évite les votes qui ont lieu l'après-midi et le soir. Elle trouve qu'ils ont lieu trop tard et qu'ils sont, de toute façon, peu pertinents.

« C'est très très rare qu'un vote passe avec un gouvernement majoritaire. Donc, je me suis permis de le faire [les manquer], parce que ce n'est pas ma petite voix à moi qui va faire une différence. » — Sana Hassainia, députée indépendante

La députée explique avoir gardé un mauvais souvenir de son retour « trop rapide » au Parlement après son premier accouchement en novembre 2011. « Je l'ai regretté amèrement », raconte-t-elle. En juin 2013, après sa seconde grossesse, elle fait une dépression post-partum « de peur de ne pas pouvoir vivre avec mon bébé ses premiers mois ».

Nous avons comparé l'activité parlementaire de Sana Hassainia avec celle de trois députées du NPD également jeunes mamans qui, comme elle, allaitent encore.

Interventions lors des débats parlementaires en 2014
  • Sana Hassainia : 8
  • Lysane Blanchette-Lamothe : 41
  • Anne Minh Thu Quach : 45
  • Rosane Doré-Lefebvre : 69

Sana Hassainia envisage de se représenter aux élections

La députée indépendante clame haut et fort que son travail n'est pas incompatible avec ses tâches de mère. Se représentera-t-elle? Elle répond : « Je suis à 50-50 ». Une chose est sûre, ce ne sera ni comme indépendante ni pour le NPD. Sana Hassainia évoque deux possibilités : se présenter pour le Parti libéral « dans un autre comté » ou pour la nouvelle formation politique Forces et démocratie.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
142 drapeaux proposés par les Canadiens en 1964
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction