NOUVELLES

Ottawa fera face à un déficit si le prix du pétrole reste à son niveau actuel

27/01/2015 10:57 EST | Actualisé 29/03/2015 05:12 EDT

OTTAWA - Le directeur parlementaire du budget du Canada (DPB) affirme qu'Ottawa va demeurer en situation de déficit lors de la prochaine année fiscale si le prix du pétrole reste à son bas niveau actuel.

Mais le chien de garde des finances fédérales maintient que le gouvernement Harper a beaucoup d'options pour remplir son engagement de longue date d'équilibrer son budget en 2015-2016.

La nouvelle analyse du DPB dévoilée mardi soutient que le faible prix du pétrole met le gouvernement dans une situation où il risque de devoir utiliser la réserve fédérale et engendrer un déficit de 400 millions $ en 2015-2016

Le DPB dit avoir appuyé ses calculs sur un scénario prévoyant que le prix moyen du baril de pétrole serait de 48 $ US pour toute l'année 2015.

Il a refait l'exercice pour un deuxième scénario, se basant sur un prix moyen du baril à 51 $ US pour 2015.

Son analyse démontre que même avec un baril à ce prix légèrement plus élevé, cela grugerait une bonne partie de la réserve fédérale pour éventualités, mais laisserait le gouvernement avec un surplus de 700 millions $.

Ce rapport du directeur parlementaire du budget survient alors que le gouvernement se fait bombarder de questions à savoir s'il pourra ou non remplir sa promesse de rédiger ses livres financiers à l'encre noire — et si oui, comment il fera.

Le gouvernement a récemment décidé de poser un geste rare: reporter le dépôt du budget en avril, histoire de pouvoir évaluer l'impact du prix du pétrole, qui a chuté de plus de la moitié depuis l'été.

Le ministre des Finances Joe Oliver a insisté sur le fait que le gouvernement Harper allait équilibrer son budget, bien qu'il devra fort probablement piger dans sa réserve de 3 milliards $ qui a été mise de côté pour faire face aux imprévus.

L'argent non dépensé de ce fonds irait autrement au remboursement de la dette nationale.

Jean-Denis Fréchette, le directeur parlementaire du budget, a dit mardi que même avec l'impact du prix du pétrole, il est toujours possible pour le gouvernement d'éliminer le déficit d'ici 2015-2016.

Il a précisé que les calculs effectués avec un baril de pétrole à 48 $ US ne représentent pas le pire scénario envisageable. Toutefois, «ce scénario démontre que le choc est immédiat sur les prix, ce qui constitue véritablement une chute dans les revenus du gouvernement et sur le solde budgétaire», a-t-il expliqué.

M. Fréchette a dit que le gouvernement avait plusieurs options s'il espérait générer plus de revenus ou réduire ses dépenses dans le prochain budget.

«Il n'est pas impossible d'avoir un surplus pour la période 15-16», a dit le DPB, qui a relevé que même un petit déficit ne causerait pas de problèmes économiques.

«Il s'agit d'une décision que le gouvernement doit prendre.»

Un responsable du bureau du DPB a donné des exemples d'actions que le gouvernement pourrait prendre pour atteindre un budget équilibré. Il a rappelé que le gouvernement détenait des actions de l'entreprise General Motors Canada d'une valeur de 5 milliards $ qui pourraient être vendues pour générer plus d'argent liquide. Ce responsable a aussi dit qu'Ottawa pourrait temporairement reporter des projets d'immobilisation.

PLUS:pc