NOUVELLES

Élimination du déficit en 2015-2016: Couillard crie déjà victoire

27/01/2015 04:37 EST | Actualisé 29/03/2015 05:12 EDT

QUÉBEC - Deux mois avant le dépôt du prochain budget, le premier ministre Philippe Couillard crie déjà victoire: le Québec atteindra assurément l'équilibre budgétaire en 2015-2016.

L'élimination du déficit serait donc désormais acquise, selon le premier ministre, qui n'était pas peu fier, mardi, d'avoir l'assurance de gagner son pari de ramener les finances du Québec sur le droit chemin en un temps record.

Récemment, pourtant, on apprenait qu'il restait encore un milliard de dollars à trouver dans l'appareil de l'État avant de pouvoir affirmer que l'objectif serait atteint. Il s'agissait d'une grosse commande, d'autant plus qu'elle survenait après toute une série de compressions dans les ministères et organismes, forcés de se serrer la ceinture à répétition.

«Le dernier milliard (de dollars de déficit), il est quasi totalement identifié, sinon je ne serais pas devant vous à vous dire qu'on est à la porte de l'équilibre budgétaire», a-t-il indiqué en conférence de presse, mardi.

Le dernier obstacle ayant été levé, M. Couillard était tout sourire, au terme de deux jours de caucus de son équipe, une rencontre visant à préparer la rentrée parlementaire du 10 février.

«Ce sera la session du retour à l'équilibre budgétaire, après six déficits consécutifs», a lancé d'entrée de jeu M. Couillard, devant les médias, au pied du grand escalier du parlement.

«La récompense est à nos portes», a ajouté celui qui a fait du redressement des finances publiques sa priorité absolue.

Le dépôt du budget présenté par le ministre des Finances, Carlos Leitao, qui doit marquer le retour à l'équilibre budgétaire, est attendu à la fin mars.

Cette perspective ouvre même la porte à un éventuel allégement du fardeau fiscal des contribuables, a commenté le premier ministre.

Car le Québec pourra enfin tirer profit, selon lui, «des vents économiques qui, pour une fois, depuis quelque temps, soufflent favorablement», faisant référence à la baisse combinée du dollar canadien et du prix du pétrole.

Cette embellie pourrait aussi avoir un impact favorable, si minime soit-il, sur les offres salariales faites aux employés de l'État.

«Si on réussit, on fera peut-être un peu mieux, mais on ne fera pas beaucoup mieux», a indiqué M. Couillard, du bout des lèvres, en qualifiant les demandes syndicales (13,5 pour cent d'augmentation de la rémunération sur trois ans) de «totalement irréalistes».

Sous prétexte que sa marge de manoeuvre était extrêmement serrée, Québec a plutôt offert en décembre 3 pour cent de hausse de la rémunération étalée sur cinq ans, incluant un gel de salaire les deux premières années, une proposition jugée méprisante par les syndicats, qui ont promis une mobilisation monstre au cours des prochains mois.

M. Couillard a rappelé sa position à propos d'éventuels surplus dans les coffres de l'État: le contrôle de la dette et la diminution du fardeau fiscal des contribuables, «en priorisant la taxe santé».

Il a dit que bien des gens doutaient que le gouvernement respecte son engagement d'effacer le déficit dès cette année, «mais on va y arriver», a-t-il assuré.

PLUS:pc