DIVERTISSEMENT

«Les chefs!»: on rebrasse la soupe

27/01/2015 02:50 EST | Actualisé 27/01/2015 02:50 EST
Facebook

Petit coup de balai dans les cuisines de la compétition culinaire Les Chefs! en vue de sa sixième saison, qui mijotera à l’antenne de Radio-Canada dès le 29 juin prochain.

Histoire de donner un coup de pep à la formule après l’édition «revanche» de l’an dernier, les producteurs d’Attraction Images et Radio-Canada Québec ont brassé un peu la soupe du concept original né en 2010 et lui ont accolé une nouvelle animatrice, Chantal Fontaine, en remplacement d’Élyse Marquis, qui aura finalement été aux fourneaux de l’émission pendant deux étés.

Chantal Fontaine n’aura pas de co-animateur, et le panel de juges ne comptera désormais que deux professionnels du milieu de la restauration, qui seront à l’émission en permanence, et un juge invité, évoluant aussi dans le domaine, différent d’une semaine à l’autre. On ne sait pas encore qui enfilera ces tabliers.

Daniel Vézina, ex-co-animateur des Chefs!, et Jean-Luc Boulay, Normand Laprise et Pasquale Vari, qui formaient le jury des quatre dernières années, pourraient être du lot, mais rien n’a encore été décidé en ce sens. Des noms seront annoncés sous peu.

Chaque semaine, dans Les Chefs – La brigade, 12 candidats formeront deux équipes qui s’affronteront dans la préparation d’un repas complexe, en plusieurs services, inspiré par le patrimoine culinaire québécois et canadien. On pourrait, par exemple, concocter des recettes rendant hommage à la cuisine d’Henri Bernard, de Serge Bruyère, de Pol Martin ou de Jehane Benoît. On souhaite vraiment célébrer la gastronomie d’ici, et on promet que les conditions des participants ressembleront beaucoup plus qu’avant à celles de la réalité des cuistots dans les établissements renommés. On prévoit aussi déjà plus d’interactions entre les jeunes cuisiniers.

À tour de rôle, les aspirants-chefs occuperont le rôle de chef de brigade, et les juges évalueront leurs qualités de leadership. La brigade qui aura perdu l’épreuve du jour devra relever un ultime défi à la fin de l’heure et, puisque le but du jeu demeurera encore de couronner un seul (ou une seule) participant(e), à la fin de la saison (celle-ci se terminera le 29 août, après 10 épisodes), un joueur sera éliminé chaque semaine. Déjà, les intéressés à tenter l’expérience de Les Chefs – La brigade peuvent s’inscrire en consultant le www.ici.radio-canada.ca/leschefs. On peut soumettre sa candidature jusqu’au 27 février. Le tournage aura lieu en avril, dans les mêmes studios de Québec que les moutures précédentes des Chefs!, mais le décor sera évidemment rafraîchi.

LIRE AUSSI:

Les chefs - La brigade: Chantal Fontaine prend le relais

«Restaur-actrice»

Visiblement très heureuse de prendre les rênes de Les Chefs – La brigade, Chantal Fontaine, qui joue toujours dans Yamaska, mais qui est aussi une amoureuse de la bouffe, propriétaire depuis cinq ans du restaurant Accords, dans le Vieux-Montréal, depuis l’an dernier d’Accords le bistro dans le Quartier des spectacles, aussi impliquée dans les affaires du camion de rue Nomade SO6 et dans un service de traiteur, et porte-parole des Aliments du Québec, celle qui se définit comme une «restaur-actrice», est déjà à l’aise comme un poisson dans l’eau dans ses nouvelles fonctions. C’est d’ailleurs parce qu’elle connaît tous les rouages de cette industrie et du service à la clientèle que Radio-Canada a fait d’elle sa femme de confiance pour faire lever le nouveau gâteau des Chefs – La brigade.

«Pour moi, ce n’est pas une business dans laquelle j’ai investi, c’est une business dans laquelle je m’investis, a expliqué la comédienne, en point de presse téléphonique. Je pense qu’après cinq ans, j’ai fait face à tous les défis qu’un restaurateur peut rencontrer. Et, malgré tout, la passion demeure. Il faut être passionné pour accepter de ne pas compter ses heures, de faire face tous les jours à la dure réalité, d’être une entreprise de service. C’est là que tout se joue.»

«La beauté du concept, cette année, c’est que c’est vraiment plus connecté sur la réalité, a continué Chantal Fontaine. Parce qu’un chef a beau être le plus créatif au monde, s’il ne sait pas gérer sa brigade, s’il ne sait pas être un bon capitaine, il y aura du sable dans l’engrenage. Au-delà des ressources techniques, il y a les ressources humaines, et c’est le moteur de la restauration. Faire rouler une cuisine, c’est aussi un art. Le mot «brigade» vient du langage militaire ; le rôle du chef, c’est de répartir les tâches à chacun, de façon précise. Le leadership, c’est ce qu’on verra cette année.»

Élyse Marquis sereine

Sur les réseaux sociaux, lundi, plusieurs se sont inquiétés du sort d’Élyse Marquis, dont la direction de Radio-Canada a vanté le travail, lundi, et qui avait elle-même succédé à Julie Bélanger, en 2013. La comédienne et animatrice a tenu à rassurer ses admirateurs sur Facebook. Voici son message.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

«Les Chefs! La revanche» : l’heure de la deuxième chance