NOUVELLES

La baisse du prix du pétrole a favorisé les supermarchés, affirme Metro

27/01/2015 07:08 EST | Actualisé 29/03/2015 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le plongeon des prix du pétrole brut nuit peut-être à l'économie canadienne dans son ensemble, mais il favorise le secteur des épiceries, a estimé mardi la chaîne de supermarchés Metro, après avoir affiché des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

«Nous pouvons voir des hausses de l'achalandage dans nos magasins et une hausse des montants dépensés, pour nous, dans notre industrie, est une bonne chose», a affirmé aux journalistes le chef de la direction de Metro, Éric La Flèche, à la suite de l'assemblée annuelle des actionnaires de l'entreprise.

Les prix du brut ont diminué de plus de moitié depuis juin, ce qui a fait baisser le prix de l'essence à la pompe et laisse plus d'argent dans les portefeuilles des consommateurs.

En plus de surpasser les attentes des analystes, Metro a haussé son dividende trimestriel de 16 pour cent et son action a rebondi à la Bourse de Toronto, atteignant un sommet de 104,03 $ avant de retraiter pour clôturer à 101,25 $, en hausse de 3,99 $, soit 4,1 pour cent.

Le bénéfice du premier trimestre de Metro a augmenté de 13,4 pour cent à 112,5 millions $, soit 1,30 $ par action, comparativement à celui de 99,2 millions $, ou 1,96 $ par action, réalisé à la même période l'année précédente.

Le bénéfice ajusté pour le trimestre clos le 20 décembre a grimpé de 21,6 pour cent à 1,35 $ par action, s'établissant 4 cents au-dessus de la prévision moyenne des analystes interrogés par Thomson Reuters.

Les ventes ont totalisé 2,84 milliards $, soit 5,2 pour cent de plus que celles de 2,7 milliards $ du premier trimestre un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a été stimulé par la meilleure performance en environ cinq ans de ses magasins ouverts depuis au moins un an, ainsi que par l'acquisition de la chaîne de boulangeries Première Moisson.

Les ventes des magasins ouverts depuis au moins un an — une donnée essentielle du secteur du commerce de détail — ont avancé de 3,8 pour cent, par rapport à une croissance de 3,1 pour cent lors du trimestre précédent, grâce à des hausses de prix de trois pour cent dans l'ensemble et aux efforts de Metro pour améliorer son offre d'aliments frais.

Le recul du dollar canadien fait grimper les prix des viandes et des produits importés. M. La Flèche estime que ceux-ci progresseront de deux à trois pour cent lors des trimestres à venir.

Metro a en outre annoncé mardi un fractionnement de ses actions à raison de trois pour une, ce qui fera en sorte que les actionnaires obtiendront deux actions de plus pour chacune de celles qu'ils détiendront déjà en date du 6 février.

Le dividende sera augmenté à compter du 16 mars et visera, sur une base annualisée, la distribution de 25 pour cent du bénéfice ajusté de 2014. Avant le fractionnement, le dividende trimestriel progressera ainsi de 5 cents à 35 cents par action. Après ajustement pour tenir compte du fractionnement d'actions, le dividende atteindra 11,7 cents par action pour les actionnaires inscrit en date du 18 février.

Les résultats du premier trimestre comprenaient un gain de 17,9 millions $ tiré de la participation de Metro dans la chaîne de dépanneurs Alimentation Couche-Tard (TSX:ATD.B), en hausse par rapport au gain de 13,1 millions $ du premier trimestre de l'exercice 2014.

Metro a indiqué que les coûts occasionnés par la fermeture de 14 pharmacies Brunet dans les magasins Target au Québec ne seraient pas significatifs pour l'entreprise.

M. La Flèche a qualifié son affiliation avec Target d'échec et d'expérience décevante. Même si Metro était conscient que le faible achalandage dans les magasins de Target voulait probablement dire que les choses n'allaient pas bien pour le détaillant américain, il ne s'attendait pas à ce que la décision de fermer les 133 établissements survienne si rapidement.

PLUS:pc