NOUVELLES

L'Hôtel-Dieu va perdre sa vocation hospitalière (VIDÉO)

27/01/2015 12:24 EST | Actualisé 28/01/2015 01:04 EST

Les soins hospitaliers ne seront pas maintenus à l'Hôtel-Dieu de Québec lorsque le déménagement sera terminé vers le nouvel hôpital près de l'Enfant-Jésus.

Le ministre de la Santé a confirmé ses intentions dans un entretien au journal Le Soleil. Gaétan Barette ne croit pas que les besoins soient suffisants pour maintenir des services médicaux de première et de deuxième lignes dans le Vieux-Québec.

Le ministre Barette ne peut pas encore préciser ce qu'il adviendra du site de l'Hôtel-Dieu. Mais il est catégorique, ce ne sera plus un hôpital.

Dans une entrevue à Radio-Canada ce matin, le ministre a ajouté que c'était « un retour à la case départ dans ce dossier » et qu'aucun plan précis n'était sur la table à l'heure actuelle.

« Pour ce qui est des besoins cliniques aujourd'hui, on revient à la planche à dessin. » — Le ministre de la Santé, Gaétan Barette

« Peut-être qu'il peut y avoir une super clinique là ou une chose comme ça, mais on ne voit pas le besoin aujourd'hui d'avoir de l'hospitalisation », affirme le ministre Barette.

Lors de l'annonce du déménagement en 2013, le gouvernement de Pauline Marois prévoyait conserver 150 lits, une urgence, un laboratoire et un service de radiologie sur le site de l'Hôtel-Dieu, malgré le déménagement de la majorité des activités cliniques dans le nouvel hôpital.

« Mettre une petite urgence avec quelques lits et quelques salles d'opération, ce n'est pas le modèle à suivre. On ne crée pas quelque chose qui n'aura pas la performance requise quand le besoin, en plus, n'est pas là », croit le ministre.

Le ministre Barette rappelle que le nouveau site à l'Enfant-Jésus est situé à quelques minutes seulement du Vieux-Québec. Une raison supplémentaire, selon lui, pour se tourner vers une nouvelle vocation pour l'Hôtel-Dieu.

« Un abandon », dit Agnès Maltais

La députée péquiste Agnès Maltais a réagi à la décision en accusant le ministre de la Santé « d'improviser » dans ce dossier.

« C'est un abandon des patients du centre-ville et de la population. » — Agnès Maltais

« En Basse-Ville, on a de la difficulté à recruter des médecins. Il n'y a pratiquement plus de services médicaux dans ce secteur. C'est une population qui est actuellement mise à l'écart par le ministre Barette », déplore Mme Maltais.

Le maire avisé

Le maire de Québec a pour sa part été avisé des intentions du ministre de la Santé en décembre.

Lors de l'annonce du déménagement, Régis Labeaume avait affirmé qu'il tenait à ce que la vocation hospitalière de l'Hôtel-Dieu soit maintenue dans le Vieux-Québec. Sa position semble toutefois avoir évolué depuis.

« Pour lui, ça n'a plus la même importance que ça avait, soutient Gaétan Barette. Je pense que l'important pour le Vieux-Québec, et particulièrement pour le maire Labeaume, c'est qu'il y ait une activité économique, et ça je suis d'accord. »

Des citoyens déçus

Le Comité des citoyens du Vieux-Québec, qui a toujours soutenu l'importance de garder un hôpital dans le quartier historique, est déçu de cette décision.

« Pour nous, c'est un deuil. » — Jean Rousseau, président du Comité des citoyens du Vieux-Québec

« Ça représente plus 1200 employés, des patients, des accompagnants qui viennent dans le Vieux-Québec et contribuent à la vitalité économique du quartier. On met le clou dans le cercueil carrément », affirme le président du comité, Jean Rousseau.

M. Rousseau affirme que cette décision est précipitée et manque de rigueur. Dans ce contexte, il s'explique mal aussi pourquoi le gouvernement a annoncé la semaine dernière la réalisation d'une nouvelle étude de 30 millions pour évaluer de façon précise les coûts d'une réorganisation des soins vers l'Enfant-Jésus.

Jean Rousseau croit que le gouvernement manipule les chiffres. Les coûts de 500 millions de dollars prévus pour rénover le site actuel de l'Hôtel-Dieu ne sont pas comptabilisés dans la facture totale du projet estimé à 2,6 milliards de dollars.

« Si on investit dans l'Hôtel-Dieu, on parle de 3,4 ou 3,5 milliards au total. Le ministre a beau dire que ce sont des opposants qui sortent des chiffres, on parle de la même chose », soutient-il.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission Ça commence bien!, rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter