NOUVELLES

Retard dans le dossier de l'indemnisation à vie des victimes de la thalidomide

26/01/2015 01:28 EST | Actualisé 28/03/2015 05:12 EDT

OTTAWA - Le gouvernement fédéral n'a pas respecté l'échéancier prévu dans le dossier de l'indemnisation des victimes de la thalidomide.

L'Association canadienne des victimes de la thalidomide (ACVT) lui avait donné jusqu'à lundi pour annoncer un programme de soutien financier à vie destiné à 95 personnes touchées par les effets de la thalidomide, un médicament prescrit à des femmes enceintes dans les années 1950 et 1960. La thalidomide a causé chez leurs bébés la surdité, la cécité, la déformation des membres et plusieurs autres handicaps.

La ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, a déclaré à l'association que le gouvernement avait besoin de davantage de temps pour déterminer la meilleure manière d'aider les victimes de ce médicament, selon un communiqué de l'ACVT. Le bureau de la ministre assure que des responsables de Santé Canada travaillent sans relâche et sont déterminés à leur proposer un programme adéquat de soutien financier à long terme.

«Les survivants de la thalidomide n'ont pas le luxe du temps. Ils ont souffert d'handicaps toute leur vie, a déclaré le député néo-démocrate Murray Rankin durant la période de questions de la chambre des Communes, lundi. Le gouvernement canadien a dit à leurs mères que la thalidomide était sécuritaire. Ce qui veut dire que nous avons maintenant la responsabilité morale de leur fournir un soutien financier.»

La secrétaire parlementaire de Rona Ambrose, Eve Adams, a répondu que le gouvernement «sera bientôt en mesure de de faire une annonce» dans le dossier.

L'ACVT demeure optimiste quant à la capacité du gouvernement de leur proposer des mesures qui permettront de soutenir pleinement les survivants de la thalidomide. En fin d'année derrière, le Parti conservateur avait appuyé une motion de l'opposition demandant de prolonger l'indemnisation des victimes.

PLUS:pc