NOUVELLES

Les tarifs du péage de l'autoroute 30 inquiètent

26/01/2015 10:55 EST | Actualisé 26/01/2015 10:56 EST
Radio-Canada

Le milieu économique demande à Québec et Ottawa d'intervenir pour annuler la hausse des tarifs qualifiée de « subite » et « vertigineuse sur l'autoroute 30 ». Dès dimanche, la compagnie privée qui gère le péage de l'autoroute facturera 13 $ par passage pour un gros camion, une augmentation de 60 % par rapport à il y a deux ans. Les consommateurs pourraient en subir les conséquences sur les coûts des marchandises.

Un texte de Thomas Gerbet

18 000 voitures et 4000 camions empruntent le péage de l'autoroute 30 chaque jour. « Afin d'améliorer le taux d'utilisation de ce corridor [...], les tarifs doivent être raisonnables », écrivent des représentants du milieu économique dans une lettre ouverte publiée ce matin. Or, l'augmentation des tarifs dépasse de loin la hausse du coût de la vie.

Quand le péage a été inauguré il y a deux ans, un gros camion payait 8 $ par passage [contre 13 $ désormais]. Une voiture payait 1,50 $, contre 2,40 $ aujourd'hui.

LIRE AUSSI:

» Hausse des tarifs du péage de l'A30: le MTQ estime avoir les mains liées

Les auteurs de la lettre

  • Marc Cadieux, président de l'Association du camionnage du Québec
  • Martine Hébert, présidente de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante
  • Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Éric Tétrault, président Manufacturiers et exportateurs du Québec

La nouvelle autoroute 30 a été créée pour servir de voie de contournement afin de désengorger les autoroutes 20 et 40 sur l'île de Montréal. Les camionneurs y gagnent en temps et en essence. Toutefois, certains trouvent déjà que les tarifs sont prohibitifs et évitent le péage en passant par le centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield.

Certains chauffeurs pourraient même être tentés de reprendre le chemin de l'ile de Montréal si les tarifs augmentent encore, estime le président de l'Association du camionnage, Marc Cadieux. « Cette tarification devait être incitative », rappelle-t-il. Il évoque les conséquences de l'augmentation fulgurante des prix du péage de l'autoroute 407 en Ontario, ce qui avait eu pour effet de faire fuir les automobilistes et les camionneurs.

« Sachant qu'environ 80 % des biens échangés entre le Canada et les États-Unis sont transportés par camion, l'ensemble des entreprises, et particulièrement les PME, verront leurs coûts d'exploitation grimper. Cette hausse aura inévitablement un effet sur le coût des produits de consommation. » — Extrait de la lettre ouverte

Une hausse autorisée par Québec

A30 Express, la compagnie privée qui gère l'autoroute, rappelle qu'elle a le droit de fixer ces prix en vertu de l'entente de partenariat public-privé avec le ministère des Transports du Québec. « C'est tout simplement parce qu'il y a eu une hausse de l'achalandage », justifie la porte-parole d'A30 Express, Sylvie Marier. « Il faut conserver cette autoroute-là en bon état ».

« On avait évalué un achalandage moins élevé que prévu. Ça a pour conséquence que les tarifs auraient dû être un peu plus élevés que ce qu'ils étaient lors de la première année. C'est ce qui explique, en quelque sorte, le rattrapage » — Sylvie Marier, porte-parole d'A30 Express

L'entente conclue entre A30 Express et le MTQ fait plus de 1500 pages.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter