NOUVELLES

Le Japon fait appel à la Jordanie pour faire libérer l'otage de l'État islamique

26/01/2015 04:19 EST | Actualisé 28/03/2015 05:12 EDT

TOKYO - Le Japon a demandé l'aide de la Jordanie pour obtenir la libération d'un otage fait par le groupe extrémiste État islamique, mais n'a annoncé aucun progrès lundi.

Les autorités japonaises ont refusé de commenter le contenu des discussions entre le sous-ministre des Affaires étrangères, Yasuhide Nakayama, et des responsables jordaniens.

Dans une vidéo publiée en ligne le 20 janvier, le groupe armé État islamique révélait avoir fait deux otages japonais et menaçait de les tuer s'il n'obtenait pas une rançon de 200 millions $ - soit le montant qu'a récemment accordé Tokyo à la lutte contre les militants.

Au cours du week-end, une nouvelle vidéo non authentifiée montrait une image de l'un des otages, Kenji Goto, un journaliste pigiste, tenant la photo de ce qui semblait être le corps de l'autre otage, Haruna Yukawa. Une voix enregistrée prétendant être M. Goto disait que les ravisseurs voulaient la libération d'une prisonnière jordanienne en échange de la sienne, plutôt que la rançon.

Le porte-parole en chef du gouvernement, Yoshihide Suga, n'a pas voulu dire si cette demande compliquait la situation. Il a simplement dit que la Jordanie avait «ses propres opinions».

Les autorités japonaises considèrent la vidéo authentique et donc croient que M. Yukawa, un aventurier de 42 ans enlevé en Syrie l'été dernier, a bel et bien été exécuté.

À Amman, en Jordanie, le sous-ministre Nakayama ne pouvait donner de détails sur l'entretien qu'il avait eu. Il a simplement affirmé qu'il n'allait «absolument pas abandonner jusqu'à la fin».

On croit que M. Goto a été fait prisonnier en octobre dernier, en tentant d'aller secourir M. Yukawa. Au Japon, certains se sont montrés critiques à son endroit, pour avoir pris un tel risque. D'autres dénoncent la nouvelle approche militaire du premier ministre, Shinzo Abe, qui veut élargir le rôle de l'armée, qui n'en était un que d'auto-défense depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

PLUS:pc