NOUVELLES

Le gouvernement fédéral semble ouvert à revoir le programme Nutrition Nord

26/01/2015 03:28 EST | Actualisé 28/03/2015 05:12 EDT

OTTAWA - Le gouvernement conservateur semble ouvert à changer la manière par laquelle il tente de faire baisser les coûts faramineux de la nourriture dans le Nord.

Le ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord a publié lundi une note dans laquelle il fait appel à de nouvelles idées pour fournir de la nourriture aux populations nordiques. La note indique que le ministère souhaite, dans le cadre du programme Nutrition Nord Canada, développer des modèles de subvention et s'impliquer avec les communautés.

Aucun détail quant aux changements qui pourraient être apportés au programme n'est donné. Nutrition Nord, qui a remplacé le Programme d'approvisionnement alimentaire par la poste en 2011, vise à défrayer une partie des coûts des aliments nutritifs en fournissant aux détaillants une subvention qui leur permet de baisser le prix en magasin.

Mais ce programme dans lequel le gouvernement injecte 60 millions $ par année — montant qui vient d'être bonifié de 11,3 millions $ et de cinq pour cent par année dans le budget 2014-2015 — est surveillé depuis le rapport d'automne du vérificateur général.

L'audit a révélé que le ministère des Affaires autochtones ignorait si le programme Nutrition Nord aidait vraiment les gens le plus dans le besoin. Cela s'explique en partie parce que le gouvernement n'a pas exigé des marchands qu'ils déclarent leur marge de profit, ce qui indiquerait si la subvention est vraiment appliquée sur les tablettes.

Le ministère indique que ce sera exigé à partir du 1er avril.

Un autre des problèmes que le vérificateur général a soulevé est dans la sélection des communautés admissibles au programme. Nutrition Nord détermine le montant des subventions en fonction du poids de la nourriture envoyée dans les communautés. Alors que le ministère devrait choisir les communautés en fonction des besoins de la population, il les sélectionne plutôt si elles sont accessibles par une route à l'année et si elles ont participé au programme précédent. Le ministère soutient qu'offrir le programme à environ 50 communautés accessibles seulement par avion augmenterait son coût de 7 millions $ par année.

Interrogée sur la note d'appel à suggestions, la porte-parole du ministre des Affaires autochtones, Bernard Valcourt, a seulement donné des informations générales sur le programme, soit le montant que le gouvernement y investit et le travail du comité.

«Les suggestions seront utilisées pour développer différentes options pour aider à rendre le programme durable tout en augmentant la consommation de nourriture saine dans le Nord», a répondu Andrea Richer.

PLUS:pc