NOUVELLES

Égypte: deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak libérés de prison

26/01/2015 04:48 EST | Actualisé 28/03/2015 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
FILE - This combination Jan. 6, 2011 file images show Gamal Mubarak, left, and Alaa Mubarak, right, attending a Christmas Eve Mass at the Coptic cathedral in Cairo, Egypt. Egyptian security officials said the two sons of ousted President Hosni Mubarak have been released from prison, nearly four years after they were first arrested along with their father. (AP Photo/File)

LE CAIRE, Égypte - Les deux fils de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak ont été libérés de prison lundi, près de quatre ans après qu'ils aient été arrêtés en compagnie de leur père, ont annoncé des dirigeants.

Des responsables de la sécurité ont indiqué qu'Alaa et Gamal Moubarak ont quitté la prison Torah, au sud du Caire, à l'aube. On croit qu'ils se sont ensuite dirigés vers leurs résidences respectives, dans la banlieue huppée d'Heliopolis. Alaa Moubarak était un homme d'affaires prospère tandis que son frère était considéré comme étant le dauphin de leur père.

Le ministre de l'Intérieur Mohammed Ibrahim, qui supervise la police et les prisons, a confirmé que les deux hommes ont été relâchés, sans toutefois préciser à quel moment. Certaines rumeurs persistantes indiquent qu'ils sont secrètement libres depuis la fin de semaine.

Les deux hommes et leur père feront éventuellement l'objet d'un nouveau procès pour corruption, mais dont la date n'a pas encore été annoncée.

Les deux hommes devront aussi subir un procès pour délit d'initié. Les audiences à ce sujet reprendront en mars. Ils ont été acquittés des autres accusations qui pesaient contre eux.

Hosni Moubarak a quitté la présidence de l'Égypte en février 2011, face à la grogne populaire. Ses deux fils et lui ont été arrêtés deux mois plus tard.

La libération des deux frères était anticipée depuis qu'un tribunal du Caire avait ordonné jeudi qu'ils soient libérés sous caution.

Ils avaient écopé de quatre ans de prison, et leur père de trois, pour avoir utilisé des fonds publics pour faire rénover leurs résidences personnelles. Ces condamnations ont été renversées plus tôt ce mois-ci.¸

La libération des deux hommes pourrait donner lieu à de nouvelles manifestations. Certains militants séculaires et libéraux prétendent que le régime Moubarak effectue un retour en douce depuis que Abdel-Fattah el-Sissi, un général devenu politicien, a été élu à la présidence du pays, l'an dernier.

L'ancien président Moubarak pourrait également être remis en liberté, la plus haute cour d'appel d'Égypte ayant ordonné la tenue d'un nouveau procès pour lui aussi. Les accusations de corruption sont les seules qui maintiennent encore Moubarak derrière les barreaux.

L'ancien président a déjà été blanchi des accusations portées contre lui en lien avec la mort de manifestants lors des démonstrations qui ont mené à sa chute il y a près de quatre ans.