POLITIQUE

Couillard est mal à l'aise avec les questions identitaires, dit Legault

26/01/2015 12:04 EST | Actualisé 28/03/2015 05:12 EDT

SOREL, Qc - Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, reproche au premier ministre Philippe Couillard d'être insensible, voire mal à l'aise, face aux questions identitaires auxquelles tiennent les Québécois, comme l'égalité homme-femme dans un contexte de laïcité et la défense du français.

«Je ne suis pas dans sa tête; je ne peux pas savoir pourquoi Philippe Couillard est insensible. Mais je me rappelle très bien, l'année dernière, lorsque je lui ai demandé en Chambre, trois fois: 'est-ce qu'un policier selon vous devrait pouvoir porter une croix visible, une kippa, un turban, ou un voile pour une policière?'. Il était choqué ben noir, il était tout rouge. Il a un malaise évident», a lancé M. Legault.

«Même chose quand vient le temps de parler de défendre le français. Il ne comprend pas pourquoi ce n'est pas une bonne idée d'aller en Islande et de ne pas dire un mot de français. Il ne comprend pas ça. Dès qu'on parle de tous les dossiers qui sont identitaires, M. Couillard a un malaise. Ça vient d'où? Bien, il faudrait qu'un psychiatre s'assoie avec lui et regarde ça. Moi, je suis mal placé pour dire d'où ça vient son problème», a ajouté M. Legault.

Ces propos ont suscité de vives réactions chez les libéraux, qui étaient réunis en caucus à Québec.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a établi un parallèle avec les récentes attaques du chef intérimaire de l'opposition péquiste, Stéphane Bédard, à propos des «valeurs» de l'Arabie saoudite dont M. Couillard serait «imprégné».

«J'ai l'impression que dans les oppositions, on est entré dans un concours de médiocrité, a dit M. Barrette. On a eu l'Arabie saoudite du Parti québécois, maintenant on est dans la psychiatrie. Je pense que tout le monde dans l'opposition aurait besoin d'une multitude de divans. S'ils le veulent, je peux leur référer des gens dans le réseau de la santé. (...) Je pense qu'on dépasse certaines bases de bienséance politique.»

La ministre de la Culture, Hélène David, a elle aussi déploré ces attaques.

«Moi je suis venue en politique à cause justement du respect qu'affiche M. Couillard par rapport à tout le monde, à ses collègues, a-t-elle dit. On l'a vu pour l'Arabie saoudite, on le voit encore aujourd'hui. Je trouve ça particulièrement déprimant. Je ne suis pas venue en politique pour jouer ce genre d'inflation verbale, de mots qui n'ont pas leur place. (...) Je trouverais ça très blessant si ces propos m'étaient adressés.»

Économie

Le chef de la CAQ a rencontré les médias, lundi à Sorel, à l'ouverture du caucus de ses députés pour préparer la rentrée parlementaire à l'Assemblée nationale. Leur réunion durera deux jours.

C'est dans ce contexte qu'il a aussi reproché au premier ministre Couillard de se traîner les pieds en matière économique, alors qu'avec le dollar canadien à 80 cents, cela devrait justement donner un coup de pouce aux entreprises manufacturières du Québec qui veulent exporter. Or, il ne se passe rien de ce côté, déplore le chef de la Coalition avenir Québec.

M. Legault a demandé à M. Couillard de dire clairement si son objectif de campagne électorale de créer 250 000 emplois en cinq ans était toujours valable ou, sinon, de dire quel était son nouvel objectif. Dans les faits, a-t-il souligné, le Québec a plutôt perdu 18 100 emplois depuis les neuf mois que M. Couillard est au pouvoir.

«C'est plate à dire, c'est un gros mot, mais Philippe Couillard a menti aux Québécois pendant la campagne électorale. Il leur a dit qu'il créerait des emplois, puis il en a perdu. Il leur a dit qu'il n'augmenterait pas les taxes et les tarifs; il les a augmentés», a lancé le chef de la CAQ.

«Il y a beaucoup d'inquiétude et M. Couillard a créé beaucoup d'espoir durant la campagne électorale. Ces personnes-là doivent voir de l'action de la part de M. Couillard. Et ce qu'on a vu au cours de la dernière semaine (lors du voyage de M. Couillard en Europe), c'est un premier ministre qui est théorique», qui n'a annoncé aucun investissement à la suite de ses rencontres.

Le chef de la CAQ est allé encore plus loin en parlant du premier ministre Couillard: «moi, je pense qu'il ne connaît pas ça l'économie, puis que ça ne l'intéresse pas plus que ça».

À cet égard, M. Barrette a dit qu'il avait beaucoup été question d'économie lors du caucus libéral de lundi et que les nouvelles étaient encourageantes.

«Économie, économie, emploi», a-t-il dit à propos des sujets abordés par les députés libéraux.

«Je vous dirais qu'avec ce j'ai entendu aujourd'hui, les choses paraissent très bien pour le futur. Le vent se lève et nous l'avons dans le dos. Les chiffres qui nous ont été présentés sont très positifs. (...) L'emploi s'améliore, les investissements s'améliorent, les exportations s'améliorent, toutes des conditions qui font que la situation socio-économique du Québec ne peut que s'améliorer», a ajouté le ministre Barrette.

Le caucus présessionnel de la CAQ se tient à Sorel-Tracy, qui se trouve dans la circonscription de Richelieu, où aura lieu prochainement une élection complémentaire. L'élection a été rendue nécessaire par le départ de la députée péquiste Élaine Zakaïb.

M. Legault estime que l'élection s'y jouera entre le Parti québécois et la CAQ. «Le test, c'est toujours pour le parti qui se défend», a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard