POLITIQUE

Scrutin dans Richelieu: la CAQ très confiante et prévoit une lutte à 2 avec le PQ

25/01/2015 07:11 EST | Actualisé 27/03/2015 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Alors que le Parti libéral du Québec choisissait dimanche son candidat en vue de l’élection partielle à venir dans la circonscription de Richelieu, la Coalition avenir Québec se dit «très confiante» quant à ses chances de remporter cet autre scrutin complémentaire.

Le président de la CAQ, Stéphane Le Bouyonnec, estime que la lutte se fera entre sa formation et le Parti québécois (PQ).

La CAQ misera sur la candidature de l’entrepreneur Jean-Bernard Émond pour enlever le comté aux péquistes. Richelieu était représenté par l’ancienne ministre Élaine Zakaïb jusqu’à sa démission, en septembre.

C’est l’ancien journaliste Sylvain Rochon qui portera les couleurs du PQ lors de ce scrutin complémentaire qui devrait être déclenché sous peu.

Sans vouloir discréditer M. Rochon, Stéphane Le Bouyonnec affirme qu’il n’a pas la réputation que possédait Mme Zakaïb dans la région de Sorel. Par ailleurs, il souligne que le départ soudain de celle-ci, seulement quelques mois après les élections, pourrait faire perdre des votes au PQ en faveur de la CAQ.

M. Le Bouyonnec assure que son parti va «mettre le paquet» pour ravir cette circonscription.

Il croit que la CAQ est bien placée pour répéter l'exploit réalisé récemment dans le comté de Lévis, où le candidat caquiste François Paradis l’a emporté dans une circonscription traditionnellement péquiste, même s'il a succédé à un autre caquiste, Christian Dubé.

Du coté libéral, les quelque 800 militants réunis dimanche en assemblée d'investiture ont choisi Benoît Théroux pour les représenter dans la circonscription de Richelieu. M. Théroux, décrit comme un homme très engagé dans la région, œuvre dans le domaine des services financiers depuis près de 35 ans.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques mots interdits à l'Assemblée nationale