POLITIQUE

De nouvelles lois antiterroristes de la part des conservateurs sont à prévoir

25/01/2015 07:56 EST | Actualisé 27/03/2015 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Prime Minister Stephen Harper speaks with the media outside the House of Commons on Parliament Hill in Ottawa, Canada on Wednesday March 23, 2011. Canada's three opposition parties said Wednesday they planned to topple the conservative government in a vote of no confidence in Parliament this week and trigger the country's fourth election in seven years. Prime Minister Stephen Harper needs the support of at least one opposition party to stay in power, but all three rejected Harper's proposed budget after it was announced Tuesday. (AP Photo/The Canadian Press, Sean Kilpatrick)

OTTAWA - Le gouvernement conservateur présentera d'ici la fin de la semaine sa révision de la législation antiterroriste, qui criminalisera entre autres la promotion du terrorisme, a affirmé le premier ministre Stephen Harper, dimanche.

«Les mesures ont été conçues pour aider les autorités à stopper des attaques planifiées, à écarter les menaces de nos rues, à criminaliser la promotion du terrorisme et à empêcher les terroristes de voyager et de faire du recrutement», a déclaré M. Harper devant une foule de partisans réunis dans un gymnase scolaire d'Orléans, en banlieue d'Ottawa.

«En agissant ainsi, nous avons pour but de sauvegarder nos droits constitutionnels d'expression, d'association, de religion et tous les autres», a-t-il souligné dans un discours au ton électoraliste.

Une des méthodes utilisée pour restreindre les mouvements des suspects radicalisés est de rendre plus facile l'obtention d'ordonnances de ne pas troubler l'ordre public, a expliqué la semaine dernière à La Presse Canadienne une source fédérale souhaitant demeurer anonyme. Toute transgression à ces ordonnances peut résulter en une amende ou une peine d'emprisonnement.

Le gouvernement désire également revoir les procédures de sa liste d'interdiction de vol pour qu'il soit plus facile d'empêcher de présumés terroristes de monter à bord d'un avion.

Ce projet de loi est une promesse faite par le gouvernement en réaction aux deux attaques mortelles contre des soldats canadiens en octobre, à Saint-Jean-sur-Richelieu et aux abords du parlement, à Ottawa. Un examen fédéral interne avait par la suite conclu à un manque de lois appropriées pour sévir contre les personnes radicalisées qui encouragent ouvertement les autres à recourir au terrorisme.

Soupçonnant Stephen Harper de chercher à faire des gains politiques avec le terrorisme, les partis de l'opposition entendent étudier attentivement le projet de loi pour s'assurer qu'il conserve un équilibre entre la protection des Canadiens et le respect des libertés civiles.

«Vous ne pouvez pas protéger les libertés tout en détruisant ces mêmes libertés», a averti le néo-démocrate Nathan Cullen, porte-parole de l'opposition en matière de finances.

INOLTRE SU HUFFPOST

Attentat à Saint-Jean-sur-Richelieu