NOUVELLES

Manifestations violentes en Égypte pour l'anniversaire de la révolution de 2011

25/01/2015 10:33 EST | Actualisé 27/03/2015 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Des manifestations violentes ont éclaté dimanche dans plusieurs villes égyptiennes pour marquer l'anniversaire du soulèvement historique de 2011 qui avait forcé l'exil du dictateur Hosni Moubarak.

Selon les autorités, au moins 15 manifestants ont été tués et 37 autres ont été blessés alors que la sécurité avait été resserrée à certains endroits stratégiques. Le ministre de l'Intérieur a précisé que 134 manifestants avaient été arrêtés dans tout le pays.

La plupart des décès sont survenus lors d'affrontements entre des partisans des Frères musulmans et les forces de l'ordre, dans le district de Matariyah, au Caire. Les policiers tentaient de disperser la foule avec des gaz lacrymogènes, alors que les manifestants étaient armés de roches et de bombes incendiaires.

Plus tôt, des incendies avaient été allumés dans un tramway d'Alexandrie et dans un gazoduc de la région du delta du Nil, notamment.

Par ailleurs, deux autres hommes sont morts lors d'une explosion dans la province de Beheira alors qu'ils tentaient d'installer une bombe sous la tour d'une ligne à haute tension.

Le Caire, une ville de quelque 18 millions d'habitants, semblait plutôt calme, dimanche, alors que plusieurs résidants ont décidé de rester à la maison pour ne pas être pris dans les manifestations. Un rassemblement a tout de même eu lieu sur la place Tahrir, où est née la révolution de 2011.

Les événements violents de dimanche arrivent au lendemain de la mort d'une manifestante qui participait aux célébrations de l'anniversaire dans la capitale.

Samedi, Shaimaa el-Sabagh, âgée de 32 ans, a été abattue dans des circonstances nébuleuses. Alors que certains accusent les policiers, le gouvernement a dit mener une enquête pour éclaircir l'affaire.

Une vidéo diffusée en ligne montre deux agents de police masqués, vêtus d'habits noirs, pointant leurs armes vers elle. Des coups de feu ont retenti et la caméra l'a présentée quelques secondes plus tard, gisant sur le sol.

Une autre femme avait été tuée vendredi durant une marche à Alexandrie.

Le gouvernement du président Abdel-Fattah el-Sissi ne fait preuve d'aucune tolérance face aux manifestants depuis qu'il a adopté une loi, en 2013, interdisant tous les rassemblements non-autorisés préalablement. Des dizaines de personnes ont été arrêtées et inculpées pour avoir enfreint le règlement.

PLUS:pc