NOUVELLES

L'Ukraine et les États-Unis blâment les prorusses pour l'attaque à Marioupol

25/01/2015 11:18 EST | Actualisé 27/03/2015 05:12 EDT

KIEV, Ukraine - L'Ukraine et les États-Unis ont accusé les insurgés prorusses d'avoir perpétré l'attaque dans la ville de Marioupol, à l'est de l'Ukraine, qui a causé la mort d'au moins 30 personnes, samedi.

Lors d'une réunion d'urgence de son conseil de sécurité, le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé dimanche qu'il avait en main des enregistrements de radio et de conversations téléphoniques qui prouvaient ses allégations.

Le président américain Barack Obama, qui était en Inde, a quant à lui blâmé Moscou pour l'attentat. Il s'est dit profondément inquiet de cette «agression» encouragée par la Russie, selon lui. Il a promis qu'il travaillerait avec ses partenaires européens, notamment, pour «augmenter la pression» sur le pays du président Vladimir Poutine.

Le chef des séparatistes Alexander Zakharchenko avait indiqué samedi que ses troupes avaient mené une offensive dans la ville portuaire, qui est actuellement sous le contrôle des Ukrainiens. Il s'était toutefois rétracté un peu plus tard, reprochant aux Ukrainiens d'avoir ordonné l'assaut.

Les tirs de roquette meurtriers sont survenus un jour après que les rebelles prorusses eurent rejeté un accord de paix. Les Européens avaient tenté, sans succès, de favoriser la conclusion d'une entente.

Samedi, les bombardements à Marioupol ont détruit des écoles, des maisons et des magasins. L'Agence des Nations unies pour les réfugiés était sur place pour fournir des couvertures aux sinistrés.

«La ville est en état de choc. Les rues sont vides. Les gens placardent leurs fenêtres et se préparent au pire», a expliqué une résidante, Yelena Khorshenko.

L'armée ukrainienne et les insurgés prorusses étaient parvenus à une entente de cessez-le-feu en septembre dernier. Depuis, il n'a pas été respecté par les deux parties.

Au moins 5100 personnes ont perdu la vie dans le conflit ukrainien depuis le mois d'avril, selon des chiffres des Nations unies.

PLUS:pc