NOUVELLES

La Tunisie sera dirigée par un gouvernement minoritaire

23/01/2015 01:03 EST | Actualisé 25/03/2015 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Le premier ministre tunisien Habib Essid a annoncé vendredi la formation d'un gouvernement minoritaire qui exclut les principaux acteurs politiques, y compris les islamistes et les partis de gauche.

Le parti qui a remporté 86 des 217 sièges de l'assemblée législative lors du scrutin de l'an dernier, le parti nationaliste Nida Tunis, avait promis de former une coalition gouvernementale élargie pour sortir le pays de sa crise économique.

Toutefois, les 24 ministres présentés vendredi ne semblent provenir que de deux partis qui, ensemble, ne disposent pas de suffisamment de sièges pour survivre à une motion de censure.

Le cabinet est composé de 10 ministres issus de Nida Tunis, dont le ministre des Affaires étrangères, et trois de l'Union patriotique libre, qui a remporté 16 sièges.

Ces deux formations contrôlent ensemble moins de la moitié des sièges de l'assemblée législative, et elles pourraient donc peiner à faire adopter les réformes nécessaires pour s'attaquer aux problèmes économiques énormes de la Tunisie, comme le chômage et l'inflation.

Le parti libéral Afek Tounès s'est subitement retiré de la coalition, vraisemblablement parce qu'on ne lui accordait pas suffisamment de ministères.

Le nouveau gouvernement compte neuf femmes, soit le nombre le plus élevé depuis l'indépendance face à la France en 1956.

Le principal rival de Nida Tunis, la formation islamique modéré Ennahda, dispose de 69 sièges et ne fait pas partie du gouvernement. Son porte-parole a indiqué que le parti décidera sous peu de sa stratégie en vue du prochain vote de confiance.

PLUS:pc