NOUVELLES

Des manifestations éclatent à travers le Yémen après la démission du président

23/01/2015 11:42 EST | Actualisé 25/03/2015 05:12 EDT

SANAA, Yémen - Des milliers de personnes ont manifesté à travers le Yémen, vendredi, certaines en appui aux rebelles chiites qui se sont emparés de la capitale et d'autres pour réclamer la sécession du sud du pays depuis que le président et le cabinet ont démissionné.

Le président Abed Rabbo Mansour Hadi, le premier ministre et tout le gouvernement ont quitté leurs postes, jeudi, cédant aux pressions des rebelles houthis qui réclamaient plus de pouvoirs.

Une faction de Yéménites du sud, qui s'opposent à cette prise de pouvoir des chiites et habitent ce qui était un pays indépendant jusqu'en 1990, profitent de l'occasion pour réclamer leur indépendance.

À Sanaa, dont les houthis se sont emparés en septembre, des milliers de leurs partisans ont pris d'assaut la route qui mène à l'aéroport. Ils ont agité des bannières vertes sur lesquelles on pouvait notamment lire des slogans hostiles aux États-Unis, à Israël et aux Juifs.

Plusieurs croient que les houthis sont appuyés et financés par l'Iran chiite, ce qu'ils nient. Les rebelles, de leur côté, reprochent à M. Hadi d'être trop proche d'Al-Qaïda. Washington considère que la branche d'Al-Qaïda au Yémen compte parmi les organisations terroristes les plus dangereuses de la planète.

Des rebelles lourdement armés ont érigé des points de contrôle à travers la capitale. Des miliciens montent aussi toujours la garde devant la résidence de M. Hadi, qui se trouve essentiellement confiné chez lui. Les résidences d'anciens ministres sont aussi assiégées.

Dans le sud du pays, des milliers de personnes ont manifesté vendredi dans la ville d'Aden. Des témoins rapportent qu'ils ont hissé l'ancien drapeau du Yémen du Sud à l'aéroport et au quartier général des forces de l'ordre.

L'agence caritative Oxfam, qui oeuvre au Yémen depuis plus de 30 ans, a prévenu vendredi que le pays est au bord «d'une catastrophe humanitaire qui mettra des millions de vie en péril».

La moitié de la population du pays a besoin d'une aide humanitaire et près d'un million d'enfants yéménites sont sous-alimentés, prévient un rapport de l'organisation.

PLUS:pc