NOUVELLES

Le chalet de Christopher Burton Phillips plein à craquer de produits chimiques dangereux

23/01/2015 02:02 EST | Actualisé 23/01/2015 02:02 EST
Radio-Canada

Le chalet en Nouvelle-Écosse de Christopher Burton Phillips, qui a été arrêté cette semaine à Ottawa, est rempli de contenants de produits chimiques dangereux.

La propriété se trouve à Grand Desert, non loin d'Halifax. Des experts en matières dangereuses retirent du chalet et de la remise des douzaines de contenants de produits chimiques dangereux.

Roland Wells, responsable du district d'Halifax de la GRC, explique qu'il y a des contenants empilés les uns sur les autres du plancher au plafond. Il affirme que leur contenu est très instable et que le risque d'incendie est très élevé. M. Wells ne croit pas qu'on ait vu une telle quantité de produits de ce genre auparavant. La GRC cherche à savoir d'où ils proviennent.

Les experts de Santé Canada travaillent toujours à déterminer de quels produits il s'agit, indique M. Wells. L'enquête sera très longue en raison de sa complexité. Les produits qu'il ne sera pas nécessaire de conserver en tant que pièces à conviction seront détruits, souligne Roland Wells.

Les propriétés voisines du chalet ont été évacuées cette semaine par mesure de précaution. Les résidents ne savent toujours pas à quel moment ils pourront rentrer chez eux.

Les policiers comptent faire une nouvelle mise à jour sur cette opération plus tard vendredi après-midi.

Comparution de l'accusé

Christopher Burton Phillips, 42 ans, a été arrêté mercredi dans l'hôtel Chimo d'Ottawa et transporté en Nouvelle-Écosse le lendemain. Il est accusé d'avoir proféré des menaces et d'avoir eu en sa possession une arme dans un dessein dangereux pour la paix publique.

Il a brièvement comparu en cour, à Dartmouth, vendredi après-midi. La Couronne a demandé qu'il subisse une évaluation psychiatrique. La défense a demandé plus de temps pour se préparer.

Les procédures ont été ajournées, et elles reprendront le 29 janvier.

Les policiers n'ont pas d'autre suspect en vue dans cette affaire.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter