POLITIQUE

«Valeurs saoudiennes» : des propos à la «limite de la diffamation», dit Couillard

22/01/2015 02:02 EST | Actualisé 22/01/2015 02:05 EST
CP

DAVOS, Suisse _ Le premier ministre Philippe Couillard estime que les propos tenus à son endroit par le chef intérimaire du Parti québécois (PQ) Stéphane Bédard sur son séjour de quatre ans en Arabie saoudite sont à la "limite de la diffamation".

M. Couillard n'a pas du tout apprécié la sortie de son adversaire péquiste, jeudi, qui a entre autres estimé que le premier ministre semblait "très imprégné de ces valeurs", en référence aux droits de la personne dans ce pays.

En marge du Forum économique de Davos, en Suisse, M. Couillard, visiblement irrité, a affirmé qu'il pourrait y avoir matière à poursuite, mais qu'il n'avait pas de "temps à perdre" avec un "individu semblable".

Au cours d'un point de presse, le premier ministre a estimé que les péquistes avaient ressorti un discours "boueux", ajoutant qu'il s'agissait d'une diversion pour empêcher les candidats impliqués dans la course à la direction du parti de préciser leur pensée sur la question souverainiste.

M. Couillard s'est également dit surpris de voir le candidat à la direction Alexandre Cloutier lui faire la leçon dans le dossier du traitement réservé au blogueur Raïf Badawi, condamné par les autorités saoudiennes à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir défendu les valeurs libérales en plus de faire la promotion de la liberté de religion.

Le premier ministre ne comprend pas pourquoi M. Cloutier l'enjoint d'intervenir à Davos auprès d'un prince saoudien, ancien ambassadeur invité à l'événement, alors qu'il n'a pas vu le député péquiste "lever le petit doigt" dans ce dossier.

Pour M. Couillard, il est assez ironique de voir le PQ, qui s'est distingué par son attaque "sans précédent" contre les libertés individuelles avec son projet de charte des valeurs, faire la leçon aux autres sur la liberté.

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard