NOUVELLES

Le suspect arrêté à Ottawa accusé de menace et de possession d'arme dangereuse

22/01/2015 11:57 EST | Actualisé 24/03/2015 05:12 EDT

HALIFAX - La Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Nouvelle-Écosse a porté des accusations contre l'homme d'origine américaine arrêté mercredi dans un hôtel d'Ottawa parce qu'il était soupçonné de transporter des produits chimiques dangereux.

Christopher Burton Phillips, âgé de 42 ans, a été formellement accusé, jeudi, d'avoir proféré des menaces et d'avoir eu en sa possession une arme dans un dessein dangereux pour la paix publique ou en vue de commettre une infraction.

Dans les documents judiciaires déposés en cour provinciale à Halifax, la GRC allègue que l'accusé a menacé un policier, et qu'il était en possession d'oxyde d'osmium. Les faits allégués auraient eu lieu entre le 26 décembre 2014 et mercredi dernier, à Cole Harbour, en banlieue de Halifax.

Toute cette affaire a débuté en Nouvelle-Écosse, lundi soir, lorsque les policiers ont découvert «une grande quantité» de produits chimiques dangereux dans une résidence de Cole Harbour, puis dans un chalet de Grand Desert, déclenchant l'évacuation des riverains.

Un mandat d'arrêt pancanadien a alors été lancé, et le véhicule du suspect a finalement été retracé mardi soir dans le stationnement de l'hôtel Chimo, à Ottawa. Les clients de l'établissement ont été discrètement évacués durant la nuit, et le suspect s'est rendu sans résistance mercredi matin. Selon la police, aucun produit chimique dangereux ne se trouvait dans l'hôtel d'Ottawa.

Des chimistes de Santé Canada fouillent maintenant la résidence de Cole Harbour où ont été trouvés des produits chimiques dangereux, lundi soir.

Le professeur émérite de chimie John Holmes, de l'Université d'Ottawa, a expliqué qu'il peut être mortel d'inhaler de la poudre d'oxyde d'osmium. Le produit est utilisé en laboratoire, notamment comme «fixatif» pour les lames en microscopie électronique. Selon lui, il serait «un peu fou» de conserver un tel produit à la maison.

Des ennuis psychologiques

Selon les documents judiciaires déposés à Halifax, un hôpital psychiatrique du Texas avait diagnostiqué en 2008 chez Christopher Burton Phillips un trouble de l'humeur, une dépendance aux analgésiques, un problème d'alcool et des tendances narcissiques.

L'accusé a aussi fait un court séjour en prison, et a souffert d'une blessure aux pieds qui l'empêchait de se tenir longtemps debout, malgré sept opérations subies entre 1993 et 1995. Il avait subi ces blessures aux pieds alors qu'il était dans la marine américaine, qui l'a ensuite libéré pour raisons médicales.

D'autres documents américains révèlent que Phillips a ensuite décidé de devenir ophtalmologiste, une profession qui ne l'obligeait pas à demeurer longtemps debout. Il prenait de la méthadone pour lutter contre ses douleurs aux pieds, et a souffert de deux hémorragies gastro-intestinales causées par la prise constante d'anti-inflammatoires.

En 2008, Phillips a été admis dans une clinique de Houston, où on a qualifié de «graves» ses problèmes de santé, mais aussi au travail et avec son entourage, et dans ses finances personnelles.

Il a eu maille à partir avec la justice en 2011, lorsque la police l'a arrêté chez lui, dans l'État de Washington. Accusé notamment d'avoir fourni de l'alcool à des mineurs et d'avoir troublé la paix, il a passé 10 jours à la prison municipale. Phillips a ensuite soutenu que ce séjour en prison avait «sérieusement détérioré» sa relation avec ses proches, dont sa femme, Gosia, et leur fille, Klaudia. Il avait auparavant été marié à la gymnaste Shannon Miller, qui avait été de l'équipe américaine ayant remporté l'or aux Olympiques d'Atlanta en 1996. Cette union, que Mme Miller a qualifiée de «pénible expérience», a duré sept ans, et s'est terminée par un divorce acrimonieux.

Phillips a aussi déclaré faillite en juillet 2008. Selon les documents judiciaires, ses dettes atteignaient alors 4,7 millions $, pour des actifs de 962 109 $.

PLUS:pc