NOUVELLES

Le plan du CP reste sur les rails malgré le recul anticipé du transport de brut

22/01/2015 09:30 EST | Actualisé 24/03/2015 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Canadien Pacifique reste sur la bonne voie pour doubler son bénéfice d'ici 2018, même si la faiblesse du cours du pétrole a forcé le transporteur ferroviaire à réduire de 30 pour cent le nombre de wagons complets qu'il s'attend à faire rouler en 2015.

La société de chemins de fer établie à Calgary a indiqué jeudi s'attendre à transporter 140 000 wagons complets de pétrole brut cette année. Même s'il s'agit d'une augmentation significative par rapport à l'an dernier, ce nombre est en forte baisse par rapport aux 200 000 wagons complets de ses prévisions précédentes.

Le transport par rail de pétrole brut connaît une des croissances les plus rapides, alors que la construction de nouveaux oléoducs est suspendue en raison de l'incertitude politique. Le CP (TSX:SP) a transporté 110 000 wagons complets de pétrole brut l'an dernier — en hausse de 22 pour cent par rapport à l'année précédente — incluant 30 000 wagons complets au quatrième trimestre.

Lors d'une conférence téléphonique suivant la publication des plus récents résultats trimestriels du CP, le chef de la direction, Hunter Harrison, s'est dit très confiant de voir le bénéfice par action de son entreprise atteindre d'ici quatre ans le niveau où la société a prédit qu'il se trouverait.

Même si la croissance des wagons complets va ralentir, M. Harrison a noté qu'il ne s'agissait pas pour le CP des activités avec les marges les plus élevées, en raison de certains contrats plus vieux.

Le Canadien Pacifique, qui est sous la gouverne de M. Harrison depuis la mi-2012, a indiqué que les résultats de l'an dernier avaient atteint les cibles de l'entreprise avec deux ans d'avance, soit une croissance des revenus de huit pour cent à 6,62 milliards $ et un bénéfice ajusté en hausse de 40 pour cent à 8,50 $ par action.

Au quatrième trimestre, ses revenus ont atteint 1,76 milliard $, un record, tandis que son ratio d'exploitation, qui évalue l'efficacité du réseau ferroviaire, a atteint le creux record de 59,8 pour cent.

«Je fais ce travail depuis longtemps et, en tenant compte de tout, ceci est le meilleur trimestre avec lequel j'ai été associé, ce qui, je crois, pose les bases pour que nous puissions avancer dans notre plan annuel et dans nos prévisions pour l'an prochain», a indiqué M. Harrison aux analystes.

Le transporteur s'attend à ce que ses revenus progressent de sept à huit pour cent en 2015, tandis que son bénéfice par action devrait avancer de plus de 25 pour cent par rapport à son niveau de 2014. Son ratio d'exploitation annuel devrait pour sa part reculer sous la barre des 62 pour cent, lui qui a déjà atteint un creux record de 64,7 pour cent pour l'ensemble de 2014.

M. Harrison — ancien chef de la direction du chemin de fer rival Canadien National (TSX:CNR) qui a été recruté après sa retraite, au terme d'une campagne menée par l'investisseur activiste Bill Ackman pour déloger l'ancien grand patron du CP et d'autres membres de son conseil d'administration —, a dit qu'il ne s'attendait pas à ce que la déprime des prix du pétrole brut soit soutenue. Selon lui, la faiblesse actuelle sera contrebalancée par une reprise dans d'autres secteurs de l'économie et elle améliorera l'efficacité et le contrôle des coûts.

Résultat supérieur aux attentes

Le CP a affiché un bénéfice de 451 millions $, soit 2,63 $ par action pour le quatrième trimestre, en hausse par rapport à celui de 82 millions $, ou 47 cents par action, engrangé un an plus tôt, alors que ses résultats étaient minés par une charge non récurrente de 435 millions $. Les revenus se sont chiffrés à 1,76 milliard $ au plus récent trimestre, contre 1,61 milliard $ un an plus tôt.

Le bénéfice ajusté du Canadien Pacifique a atteint 460 millions $, soit 2,68 $ par action, comparativement à celui de 338 millions $, ou 1,91 $ par action, du quatrième trimestre de 2013.

Ce résultat était supérieur à celui attendu par les analystes, qui visaient plutôt un profit de 2,57 $ par action à partir de revenus de 1,732 milliards $.

Pour l'ensemble de l'année, le transporteur ferroviaire a engrangé 1,48 milliard $, ou 8,46 $ par action, un résultat en hausse par rapport à celui de 875 millions $, ou 4,96 $ par action, de l'année précédente. Le chiffre d'affaires annuel a avancé à 6,62 milliards $, après avoir atteint 6,13 milliards $ en 2013.

L'analyste Benoit Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, a estimé que les résultats du plus récent trimestre étaient alimentés essentiellement par la croissance de 10 pour cent des livraisons de céréales aux États-Unis et au Canada. Les revenus intérieurs du trafic intermodal ont progressé de 20 pour cent, ce qui a été partiellement contrebalancé par un déclin de 12 pour cent du trafic intermodal international, attribuable à la perte d'un important contrat.

L'analyste Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, a noté que la prévision sur les revenus était plus faible que celle émise en octobre, qui visait une croissance annuelle de 10 pour cent à ce chapitre.

«Compte tenu que la direction avait aussi indiqué qu'un tiers de cette croissance de 10 pour cent proviendrait de l'énergie, cette prévision pourrait aussi comprendre une touche de conservatisme, ajoutée pour tenir compte des marchés de l'énergie», a-t-il écrit dans un rapport.

L'action du Canadien Pacifique a cédé jeudi 61 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 226,35 $.

PLUS:pc