NOUVELLES

Traitement de l'Alzheimer: effets secondaires rares, mais graves liés à Aricept

21/01/2015 05:48 EST | Actualisé 23/03/2015 05:12 EDT

OTTAWA - Santé Canada a découvert que le donépézil, un médicament prescrit pour traiter la maladie d'Alzheimer, pouvait provoquer dans de rares cas des effets secondaires graves.

Un lien a été observé entre la prise d'Aricept — son nom commercial — et l'apparition de la rhabdomyolyse et du syndrome malin des neuroleptiques (SMN), a précisé le rapport d'incident de l'agence fédérale, publié mercredi.

Le donépézil, vendu sous les noms d'Aricept, Aricept RDT et plusieurs autres génériques, est utilisé pour traiter les patients souffrant d'Alzheimer, de stades légers à sévères.

La rhabdomyolyse entraîne la destruction des tissus musculaires qui peut affecter parfois mortellement le rythme cardiaque et les reins. La condition peut être soignée si elle est décelée à temps.

Le SMN est un trouble rare et parfois mortel qui touche les systèmes nerveux, musculaire et cardiovasculaire. Le syndrome, dans sa forme musculaire, peut d'ailleurs mener à la rhabdomyolyse.

Santé Canada précise que l'apparition de rhabdomyolyse s'est déclarée plus souvent au début du traitement ou lorsque la dose a été augmentée.

«Si vous remarquez des symptômes de rhabdomyolyse ou de syndrome malin des neuroleptiques, cessez immédiatement la prise de donépézil et communiquez immédiatement avec un médecin ou un pharmacien», a indiqué l'agence.

Les symptômes de la rhabdomyolyse se traduisent par de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires, de la faiblesse, des nausées et de l'urine foncée. Le SMN cause une fièvre élevée, des raideurs ou de la rigidité musculaires, des troubles mentaux temporaires — du délire ou de l'agitation— et un rythme cardiaque irrégulier.

Santé Canada a ajouté dans son avertissement que les médecins devraient évaluer les facteurs de risques de rhabdomyolyse chez leurs patients, qui vont de l'hypothyroïdie aux problèmes de reins.

Le risque est d'autant plus élevé lorsque les patients prennent d'autres médicaments susceptibles d'entraîner ce trouble, dont des médicaments pour contrôler le niveau de cholestérol, des antipsychotiques et certains antidépresseurs.

Au Canada, il y a eu un seul cas de rhabdomyolyse lié possiblement à la prise de donépézil, mais aucun de SMN.

Dans le monde, 88 cas de rhabdomyolyse et 57 cas de SMN auraient été causés par le médicament.

PLUS:pc