NOUVELLES

Otages: le premier ministre japonais promet de ne pas céder au terrorisme

21/01/2015 08:33 EST | Actualisé 23/03/2015 05:12 EDT

TOKYO - Le Japon fait tout en son pouvoir pour libérer les deux otages que le groupe armé État islamique menace d'exécuter si une rançon de 200 millions $ US ne lui est pas versée, a lancé mercredi le premier ministre Shinzo Abe, tout en promettant de ne jamais céder au terrorisme.

M. Abe est rentré un peu plus tôt que prévu d'une tournée de six jours au Moyen-Orient et a convoqué une rencontre de son cabinet.

M. Abe a dit consulter les leaders de la région. Le ministre adjoint des Affaires étrangères, Yasuhide Nakayama, se trouve actuellement en Jordanie.

Le groupe armé État islamique réclame la rançon de 200 millions $ US dans une vidéo mise en ligne mardi. On peut y voir un djihadiste armé d'un couteau en compagnie des deux otages. La rançon est exigée d'ici vendredi.

M. Abe et d'autres membres du gouvernement n'ont pas clairement indiqué s'ils ont l'intention d'acheter la liberté du journaliste Kenji Goto et de l'expert en sécurité Haruna Yukawa.

Un porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, a toutefois confirmé que le Japon croit que la menace est authentique.

Les options qui s'offrent à M. Abe sont limitées. Il peut soit verser la rançon, soit demander à un allié comme les États-Unis de tenter une périlleuse opération militaire en Syrie pour libérer les deux hommes. L'armée japonaise s'occupe uniquement de la défense de son propre territoire.

PLUS:pc