NOUVELLES

Hôtel d'Ottawa évacué à cause d'une menace: le suspect arrêté sans résistance

21/01/2015 05:14 EST | Actualisé 23/03/2015 05:12 EDT

OTTAWA - Le Service de police d'Ottawa a appréhendé un suspect sans incident après avoir évacué un hôtel de l'est de la ville, mercredi matin, craignant que l'homme transporte des produits chimiques toxiques et dangereux.

Après de longues vérifications par des experts en matières dangereuses, notamment dans le véhicule du suspect de 42 ans garé à l'extérieur de l'hôtel où l'arrestation a eu lieu, les autorités ont finalement déterminé qu'aucune substance toxique ne se trouvait sur place. Le périmètre de sécurité a été levé en milieu d'après-midi.

Les craintes n'étaient toutefois pas sans fondement: l'individu est un expert militaire en armes biochimiques de nationalité américaine du nom de Christopher Phillips, résidant en Nouvelle-Écosse, et une grande quantité de produits dangereux a été retrouvée dans les heures précédant son arrestation.

L'affaire a débuté en Nouvelle-Écosse, lundi soir, après que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) eut reçu un appel pour un colis suspect dans un secteur résidentiel à Cole Harbour, dans la région de Halifax. Les policiers ont alors découvert des produits chimiques dans une résidence, érigé un périmètre de sécurité et évacué plusieurs maisons environnantes.

L'enquête a ensuite mené la GRC dans un chalet de Grand Désert, toujours dans la région de Halifax, où ils ont découvert, cette fois, ce qu'un porte-parole a qualifié de «grande quantité» de produits chimiques toxiques et dangereux. Là aussi, un périmètre de sécurité a été érigé et des résidences ont été évacuées.

Un mandat d'arrestation pancanadien a alors été lancé et le véhicule à bord duquel se trouvait le suspect a été retracé vers 22 h 15 mardi soir dans le stationnement de l'hôtel Chimo, un établissement de 250 chambres à Ottawa.

Le suspect s'est rendu sans résistance après que des négociateurs sont entrés en communication avec lui dans sa chambre d'hôtel; tous les clients de l'établissement avaient été discrètement évacués durant la nuit.

Le porte-parole de la GRC, le caporal Greg Church, n'a pas été en mesure de préciser la nature des produits chimiques trouvés à Grand Désert, mais la GRC a dû, en raison des grandes quantités, faire appel à son Groupe d'enlèvement des explosifs, à la Section de l'identité judiciaire de la Police régionale de Halifax, à l'équipe locale d'experts en matières dangereuses ainsi qu'aux services médicaux d'urgence.

Les policiers ont refusé de dévoiler l'identité du suspect mais celle-ci a été confirmée par son ex-femme, l'ancienne gymnaste olympique américaine Shannon Miller, qui a publié un communiqué après avoir été informée par les policiers que le suspect était son ex-mari.

Dans ce communiqué, Mme Miller déclare qu'en entendant «les nouvelles entourant Christopher Phillips, mes prières ont aussitôt été destinées à la sécurité de son entourage».

L'ex-olympienne a salué le travail des policiers d'Ottawa et s'est dite reconnaissante qu'ils aient pu «l'appréhender et désamorcer la situation».

PLUS:pc