NOUVELLES

Colby Rasmus, un gars du Sud, est emballé de se retrouver à Houston

21/01/2015 08:30 EST | Actualisé 23/03/2015 05:12 EDT

HOUSTON - En trois saisons et un tiers avec les Blue Jays, Colby Rasmus ne s'est jamais vraiment habitué à la vie à Toronto.

Né en Georgie puis élevé en Alabama, Rasmus, de retour aux États-Unis après un séjour canadien, est emballé de se joindre aux Astros de Houston.

«Tout est plus gros au Texas et on m'en a toujours dit beaucoup de bien, a dit Rasmus. J'ai quelques grosses camionnettes et là j'aurai de la place pour les avoir avec moi. Ça me plait déjà beaucoup.»

Le voltigeur rencontrait les médias de Houston au lendemain d'avoir finalisé son contrat de huit millions $ pour un an.

Rasmus a cogné au moins 18 circuits à chacune de ses trois dernières saisons. L'an dernier, il a frappé 21 doubles en 104 matches avec les Blue Jays. En 2012, il a fourni 23 longues balles et 75 points produits.

À Houston, il retrouve le directeur général Jeff Luhnow, qui l'a choisi au premier tour en 2005, alors qu'il travaillait pour les Cards.

«Il a été le tout premier joueur que j'ai choisi comme directeur du recrutement, a dit Luhnow. L'occasion était belle de renouer avec lui. C'est toujours plaisant quand il y a déjà une relation d'établie avec un joueur.»

Luhnow croit que Rasmus sera un ajout notable à un club qui compte déjà des frappeurs de puissance comme Chris Carter, George Springer et Evan Gattis.

«Il a aussi de la vitesse et il est solide en défense, a mentionné Luhnow. Je pense qu'il va vraiment ajouter quelque chose à ce que nous mettons en place.»

Rasmus a joué pour St. Louis de 2009 jusqu'à la fin juillet 2011, quand on l'a envoyé aux Jays. Il a bien hâte de travailler à nouveau avec Luhnow.

«Nous nous sommes toujours bien entendus, a confié Rasmus. Je savais qu'ici serait un bon endroit où aller, parce que nous nous comprenons et il me connaît depuis longtemps.»

L'athlète de 28 ans était intrigué par Houston depuis qu'il a obtenu l'autonomie. Les Astros l'intéressaient depuis quelques années, depuis qu'il s'est informé de l'équipe auprès de Lance Berkman, qui a longtemps brillé avec eux.

Rasmus a amorcé 80 matches au champ centre l'an dernier mais en six saisons dans les majeures, il a aussi joué dans la gauche et dans la droite. C'est au centre qu'il est le plus confortable, mais il est ouvert à patrouiller les coins, selon ce que décidera le nouveau gérant, A.J. Hinch.

«Je vais être prêt à faire quoi que ce soit dont l'équipe a besoin, dit Rasmus. Il y a d'autres gars qui peuvent bien jouer au champ centre. Tout ce qui m'importe, c'est d'aider l'équipe à gagner.»

PLUS:pc