NOUVELLES

Terrorisme: cinq Russes sont arrêtés dans le sud de la France

20/01/2015 07:25 EST | Actualisé 22/03/2015 05:12 EDT

PARIS - Cinq Russes ont été arrêtés dans le sud de la France, dont un en possession d'explosifs, a indiqué mardi un maire local.

Le maire de la ville de Béziers, Robert Ménard, a confirmé les arrestations mardi dans sa ville et à Montpelier. Les cinq hommes sont d'origine tchétchène, et il a indiqué que l'homme épinglé à Béziers y habitait depuis un bon moment.

Un quotidien français local, Midi Libre, rapporte qu'une cache d'explosifs a été trouvée près d'un stade sportif de Béziers, mais le procureur local Yvon Calvet a dit au journal qu'on ne sait pas si un attentat était en préparation.

Les cinq hommes ne seraient pas liés au terrorisme mais plutôt au milieu criminel.

Par ailleurs, quatre hommes qui auraient trempé dans les pires attentats terroristes commis en France depuis des décennies faisaient mardi l'objet d'accusations préliminaires.

Le bureau du procureur de Paris a indiqué que les quatre individus — qui seraient les premiers mis en accusation dans cette affaire — sont soupçonnés d'avoir fourni un appui logistique à Amédy Coulibaly.

Coulibaly a tout d'abord abattu une policière en banlieue de Paris avant de prendre plusieurs personnes en otage dans une épicerie casher. Il a exécuté quatre personnes avant de finalement tomber sous les balles de la police.

On ne sait pas ce que les quatre suspects savaient exactement des intentions de Coulibaly.

Le bureau du procureur de Paris a ajouté que cinq autres personnes ont été relâchées mardi.

Les quatre hommes, tous âgés dans la vingtaine, doivent comparaître devant un juge d'instruction au cours des prochaines heures. On ne disposait d'aucun autre détail dans l'immédiat.

Les attaques perpétrées entre le 7 et le 9 janvier contre les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, l'épicerie casher et la police ont fait 20 morts, dont les trois auteurs qui se réclamaient d'Al-Qaïda et du groupe armé État islamique.

Le premier ministre Manuel Valls a déclaré à la presse mardi que ces attaques devraient inciter la France à examiner son «apartheid» intérieur, déclarant qu'il est urgent pour le pays de combattre la haine, l'antisémitisme et le racisme, surtout dans les banlieues pauvres où on retrouve des communautés immigrantes importantes.

M. Valls s'est défendu de vouloir faire l'apologie de la criminalité ou du terrorisme, «mais il fait aussi faire face à la réalité du pays».

«La misère sociale est amplifiée par la discrimination quotidienne, parce que quelqu'un n'a pas le bon nom, ou la bonne couleur de peau, ou parce qu'elle est une femme», a-t-il dit.

Par ailleurs, quelque 200 policiers allemands ont perquisitionné mardi 13 demeures à Berlin et ailleurs au pays, en lien avec l'arrestation la semaine dernière de deux membres présumés d'une cellule terroriste. Un porte-parole de la police a expliqué que les perquisitions ciblaient des proches des deux suspects.

Un des deux hommes arrêtés la semaine dernière est soupçonné d'avoir recruté des Turcs et des Russes pour aller combattre les «infidèles» en Syrie. La police indique que le groupe ne semblait pas préparer d'attaque en Allemagne et que les arrestations ne sont pas reliées aux attentats de Paris ou aux perquisitions en Belgique.

Enfin, un procureur grec devrait recommander l'extradition vers la Belgique d'un Algérien soupçonné d'entretenir des liens avec les milieux djihadistes.

Un tribunal bulgare a aussi accepté d'extrader un Français qui serait lié aux auteurs des attentats contre le Charlie Hebdo. Fritz-Joly Joachin fait l'objet d'un mandat d'arrestation européen pour avoir organiser le transfert de combattants vers la Syrie.

PLUS:pc