POLITIQUE

Régimes de retraite : Montréal évalue le déficit à 1,85 milliard $

20/01/2015 06:34 EST | Actualisé 20/01/2015 09:51 EST
PC

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a fait savoir lundi que les régimes de retraite de la Ville accusaient un déficit de 1,85 milliard de dollars. Cette information découle du bilan financier des régimes de retraite des employés municipaux au 31 décembre 2013 déposé au conseil municipal en vertu de la loi 15.

« La situation financière des régimes de retraite demeure préoccupante et nous devons agir dès maintenant. La Ville est prête à négocier de bonne foi avec les partenaires syndicaux pour trouver un terrain d'entente le plus rapidement possible », a déclaré le maire.

« Nous sommes disposés à trouver des solutions qui pourront varier selon les particularités des différents régimes de retraite, en fonction des exigences de la loi et dans la mesure où l'on respecte la capacité financière de la Ville et des contribuables montréalais. Nous n'avons pas l'intention d'appliquer une solution mur à mur. » — Denis Coderre

Le président du comité exécutif et responsable des finances de la Ville, Pierre Desrochers, a relevé qu'en dépit des bons rendements boursiers (10 % en moyenne), les régimes de retraite municipaux traînent toujours un « important déficit » et nécessitent une intervention « pour ne pas alourdir le fardeau fiscal des contribuables ».

La Ville affirme que les solutions recherchées devront non seulement permettre de résorber le déficit actuel, mais aussi d'établir un meilleur partage des coûts des régimes entre l'employeur et les employés. D'où, argumente Denis Coderre, l'importance de la loi sur les régimes de retraite, adoptée récemment au Québec au terme de débats houleux.

Il n'est pas question, selon lui, de solliciter encore les contribuables en augmentant les taxes.

Le maire de Montréal a rappelé que les régimes de retraite ont couté à la Ville 137 millions de dollars en 2002, et 582 millions en 2012. Pour 2015, la Ville projette un coût de 472 millions, soit 10 % de son budget.

Les syndicats vont déposer des recours juridiques

La Coalition syndicale pour la libre négociation a dit vouloir prendre plus temps avant de commenter dans le détail le bilan financier déposé au conseil municipal, même s'il se dit d'emblée agacé par plusieurs éléments.

Les syndicats qui font partie de la coalition déposeront chacun, vers la fin janvier, des requêtes pour contester devant les tribunaux la loi 15, a annoncé le porte-parole Marc Ranger.

La loi 15 (ancien projet de loi 3) prévoit des mesures pour éponger les déficits actuels et futurs des 170 régimes de retraite des employés municipaux du Québec. Elle balise également le processus de négociation entre les villes et leurs employés.

Cette loi est basée sur le principe d'un refinancement à parts égales (50 %-50 %) des déficits passés et futurs des régimes de retraite. Un amendement de la loi permet toutefois aux deux parties d'avoir la possibilité de s'entendre sur une autre formule, pouvant atteindre un partage de 45 %-55 %.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation contre le projet de loi 3