NOUVELLES

Mission des soldats canadiens en Irak : tir groupé sur Stephen Harper (VIDÉO)

20/01/2015 04:36 EST | Actualisé 20/01/2015 06:57 EST

Le chef de l'opposition officielle à Ottawa, Thomas Mulcair, estime que l'escarmouche ayant opposé des soldats canadiens à des islamistes la semaine dernière en sol irakien est la preuve que le premier ministre Stephen Harper « induit le public canadien en erreur » sur la nature de l'engagement du pays en Irak.

Pour le chef du Nouveau Parti démocratique, cela soulève « une question d'intégrité gouvernementale ». M. Mulcair rappelle que Stephen Harper « a répondu très clairement à la Chambre des communes au mois de septembre qu'on n'aura pas d'implication dans des situations de combats en Irak ».

Maintenant, « il commence à jouer sur les mots : ils sont dans des combats, mais ce n'est pas une mission de combat ».

« Les hommes et les femmes qui mettent leur vie en péril méritent mieux que des jeux de mots. »

— Thomas Mulcair, chef du NPD

« C'est assez direct que ce n'est pas ce que le premier ministre avait élaboré dans un plan de mission », a déploré pour sa part le leader libéral Justin Trudeau.

L'explication du ministre Denis Lebel

Le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales a défendu la cohérence de l'action de son gouvernement. Lors d'un point de presse, Denis Lebel a rappelé que les Forces canadiennes se trouvaient en Irak pour soutenir les forces armées irakiennes et qu'on ne pouvait pas « répondre des actions de l'adversaire qui vient peut-être dans des positions plus rapprochées ».

« Je ne laisserai jamais nos Canadiens se faire tirer dessus sans répondre. »

— Denis Lebel, ministre fédéral de l'Infrastructure, des collectivités et des Affaires intergouvernementales

Par voie de communiqué, le ministre Lebel a aussi déclaré que « les forces d'opérations spéciales canadiennes doivent parfois se rapprocher des lignes de front. Or, elles passent 80 % de leur temps bien en retrait de celles-ci, écrit-il. Ce n'est donc pas une mission de combat terrestre. Ceci étant dit, lorsque nos soldats sont sous les tirs des djihadistes de l'EIIL, ils doivent pouvoir répondre ».

Le mandat des soldats canadiens en Irak, selon Michael Rouleau

Hier, le commandant des Forces d'opérations spéciales confirmait que des soldats canadiens déployés en Irak pour participer à la lutte contre le groupe armé État islamique avaient essuyé des tirs ennemis la semaine dernière.

Ils visitaient un poste de première ligne avec les forces irakiennes lorsqu'ils ont été la cible de tirs de mitrailleuses et de mortiers, a expliqué lundi le brigadier général Michael Rouleau.

Les soldats canadiens doivent aider l'armée irakienne dans la planification de ses opérations, dans la défense de ses positions et dans des opérations offensives, notamment pour la coordination des frappes aériennes. Ils ont également pour mission d'offrir de la formation aux soldats irakiens, avait alors rappelé le brigadier général Rouleau.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les Yazidis en fuite dans le nord de l'Irak