NOUVELLES

L'énergie pèse sur le TSX malgré une meilleure croissance que prévu en Chine

20/01/2015 04:59 EST | Actualisé 22/03/2015 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé sans grand changement mardi, la publication de données faisant état d'une meilleure croissance économique que prévu en Chine ayant atténué le choc d'une révision à la baisse des prévisions économiques mondiales du Fonds monétaire international.

Les titres du secteur de l'énergie ont continué de peser sur l'indice composé S&P/TSX du parquet torontois, qui a cédé 4,06 points et terminé la séance à 14 308,44 points.

Le produit intérieur brut chinois a surpassé les attentes au quatrième trimestre en avançant de 7,3 pour cent, tandis que la croissance pour l'ensemble de l'année s'est établie à 7,4 pour cent. Il s'agit de la plus faible expansion en près d'un quart de siècle pour la Chine, mais elle ravive les espoirs de voir une intervention du gouvernement chinois.

Le dollar canadien a pour sa part retraité à son plus faible cours depuis la fin avril 2009, lâchant 1,1 cent US à 82,6 cents US à la veille de la prochaine annonce de la Banque du Canada au sujet de son taux d'intérêt directeur. Les investisseurs ont aussi tenu compte d'un rapport de Statistique Canada faisant état d'une baisse de 1,4 pour cent des ventes des fabricants en novembre, alors que les économistes misaient en moyenne sur un déclin de 0,7 pour cent.

Les principaux indices boursiers américains ont enregistré des gains, malgré des résultats trimestriels inférieurs aux attentes pour la banque d'investissement Morgan Stanley. La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a avancé de 3,66 points à 17 515,23 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a pris 3,13 points à 2022,55 points et que l'indice composé du Nasdaq a progressé de 20,47 points à 4654,85 points.

Morgan Stanley a affiché un bénéfice ajusté de 40 cents US par action pour son quatrième trimestre, alors que les analystes en attendaient un de 47 cents US. Son action a reculé de 0,4 pour cent à 34,75 $ US à New York.

Entre-temps, le Fonds monétaire international a révisé à la baisse ses prévisions de croissance mondiale pour les deux prochaines années, avertissant que les faiblesses persistantes de la plupart des grandes économies du monde contrebalanceraient les effets positifs du recul du prix du pétrole brut. Le FMI a ainsi réduit de 0,3 point de pourcentage ses prévisions d'octobre et vise maintenant une croissance économique mondiale de 3,5 pour cent cette année et de 3,7 pour cent en 2016.

À Toronto, le secteur de l'énergie a affiché les plus importantes pertes, avec un recul de 2,4 pour cent, tandis que le cours du pétrole brut a laissé 2,66 $ US à 46,47 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

Des déclins ont aussi été observés dans les secteurs des biens de consommation de base et de la finance.

Le groupe des métaux et minerais diversifiés a gagné 2,15 pour cent, pendant que le cours du cuivre échappait 2 cents US à 2,59 $ US la livre à New York.

Cependant, le cours du lingot d'or a continué à progresser, s'emparant mardi de 17,30 $ US à 1294,20 $ US l'once à New York, et le secteur aurifère du TSX a bondi de 4,2 pour cent.

PLUS:pc