NOUVELLES

Indigo est sollicitée par le Bureau de la concurrence sur le prix des livrels

20/01/2015 04:46 EST | Actualisé 22/03/2015 05:12 EDT

OTTAWA - Le Bureau de la concurrence a demandé à Indigo (TSX:IDG) de lui remettre «certains documents» dans le cadre de son enquête au sujet d'allégations de pratiques anticoncurrentielles sur les prix des livres électroniques.

L'organisme de surveillance a indiqué mardi avoir déposé une requête en Cour fédérale la semaine dernière, réclamant des documents à la plus grande chaîne de livres au pays et à Kobo, qui appartient à la firme japonaise de commerce en ligne Rakuten.

Le Bureau de la concurrence a précisé que la requête ne signifiait pas qu'Indigo et Kobo étaient ciblées par l'enquête.

Le porte-parole du Bureau, Greg Scott, a affirmé par courriel qu'il n'y avait pas «pour l'instant de conclusions de mauvaises pratiques par Penguin, Kobo ou Indigo», et qu'aucune requête n'avait été faite devant le Tribunal de la concurrence ou tout autre tribunal relativement aux allégations de pratiques anticoncurrentielles.

Selon une porte-parole d'Indigo, l'entreprise a été informée la semaine dernière de la demande en Cour fédérale. Janet Eger a fait valoir par courriel qu'il devait être signifié clairement qu'Indigo n'était pas ciblée par l'enquête, mais qu'elle détenait plutôt des documents pouvant être pertinents pour l'enquête.

L'enquête du Bureau de la concurrence sur le secteur canadien des livres électroniques a été lancée en 2012.

En février dernier, l'organisme a annoncé que quatre grands éditeurs de livres électroniques avaient accepté des modifications qui résulteraient en une réduction des prix au détail. Le Bureau a indiqué que des ententes avaient été signées avec Hachette Book Group, HarperCollins, Macmillan et Simon & Schuster.

En vertu de l'entente, certaines clauses des ententes de diffusion que les éditeurs ont conclues individuellement avec les détaillants de livres électroniques devraient être modifiées ou supprimées. Le Bureau jugeait que ces clauses empêchaient les détaillants d'offrir des rabais sur ce format de livres.

PLUS:pc