BIEN-ÊTRE

L'étiquetage nutritionnel difficile à digérer

20/01/2015 03:41 EST | Actualisé 20/01/2015 03:44 EST
Joos Mind via Getty Images

L'étiquetage nutritionnel exigé actuellement par le Canada et les États-Unis est le moins efficace parmi les quatre systèmes existants, montre une étude réalisée à l'Université McGill.

Le doctorant Peter Helfer et ses collègues ont comparé les quatre types d'étiquetage nutritionnel pour constater que le tableau de la valeur nutritive exigé actuellement sur la plupart des produits alimentaires aux États-Unis et au Canada est de loin le moins utile.

Leurs résultats montrent qu'il faut plus de temps pour comprendre ce tableau, qui précise le pourcentage de la valeur quotidienne de plusieurs nutriments.

Une autre option, NuVal, permet pour sa part de faire rapidement des choix d'aliments nutritifs. NuVal est une étiquette apposée sur les tablettes de certains supermarchés américains qui indique la valeur nutritionnelle totale de chaque produit au moyen d'un chiffre allant de 1 à 100.

«En général, les consommateurs ont peu de temps pour choisir un aliment, et trouvent le tableau de la valeur nutritive difficile à comprendre et à utiliser. Un produit peut être faible en gras, mais riche en sucre, mais pour un autre, ce sera le contraire. Les tableaux de la valeur nutritive peuvent faire ressortir ces conflits nutritionnels, mais ne permettent pas de trancher.»

— Peter Helfer

Selon M. Helfer, même les consommateurs éduqués et motivés ont du mal à choisir les produits les plus nutritifs avec ces tableaux.

Pour leur part, les indices NuVal sont calculés par des experts en nutrition de plusieurs universités, dont Yale, Harvard et Northwestern, et soulignent à la fois les aspects positifs et négatifs de chaque aliment. En réduisant le contenu nutritionnel à un simple chiffre, le système NuVal élimine les sources de confusion.

Deux autres types d'étiquetage nutritionnel ont donné des résultats mitigés. Le système emprunté aux feux de circulation utilisé au Royaume-Uni a mené à des choix un peu plus nutritifs que le hasard. Des étiquettes qui certifient les aliments nutritifs, mais pas les autres, sont utilisées au Danemark, en Suède et au Canada. Elles ont permis des décisions rapides, sans augmenter le nombre de choix nutritifs.

La grande disponibilité d'aliments peu nutritifs et hypercaloriques est une cause importante de l'épidémie d'obésité et de maladies attribuables à l'obésité dans le monde.

Les chercheurs estiment qu'en donnant aux consommateurs les moyens de faire des choix alimentaires plus sains à l'aide d'un étiquetage nutritionnel valable et utile, il serait plus facile de combattre cette épidémie.

Le détail de cette étude est publié dans les Annals of the New York Academy of Sciences.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les tendances alimentaires de 2015