NOUVELLES

Ukraine: le gouvernement riposte aux séparatistes dans l'est

18/01/2015 12:20 EST | Actualisé 20/03/2015 05:12 EDT

KIEV, Ukraine - L'armée ukrainienne a lancé une contre-offensive contre les séparatistes prorusses à l'aéroport de Donetsk, alors que le président promettait, dimanche, de réinstaller le contrôle du gouvernement dans les régions en conflit de l'est du pays.

Le bastion séparatiste de Donetsk a été secoué par d'intenses tirs d'artillerie au cours du week-end, alors que les combats pour l'aéroport et ses alentours se poursuivent.

Les rues de Donetsk, une ville qui a déjà abrité un million de personnes avant le début de la guerre civile au printemps, étaient complètement désertes.

Les deux parties ont échangé des tirs de roquette le long de la ligne de feu d'environ 350 kilomètres.

Les autorités régionales, d'allégeance gouvernementale, ont affirmé que deux enfants âgés de 7 et 16 ans ont été tués par un mortier rebelle tombé sur leur maison à Vuhlehirsk, à 75 kilomètres au nord-est de Donetsk.

Plus à l'ouest, dans la ville contrôlée par les rebelles de Horlivka, deux personnes sont mortes et 16 ont été blessées, selon la Ville.

Dans la capitale, dimanche, le président, Petro Porochenko, a déclaré devant une foule de plusieurs milliers de personnes que l'Ukraine n'allait pas «abandonner un pouce» de territoire aux séparatistes.

Ceux-ci ont augmenté le niveau de difficulté, la semaine dernière, en s'emparant de grandes sections de l'aéroport de Donetsk, où les soldats ukrainiens sont restés malgré qu'ils sont ciblés par des tirs de roquette depuis des mois.

Cette avancée des rebelles a déclenché une riposte ukrainienne désespérée, soutenue par d'importants renforts en soldats et en artillerie lourde.

Selon la page Facebook d'un conseiller de M. Porochenko, Yuriy Biryukov, les troupes ukrainiennes ont reçu l'ordre de de bombarder des positions rebelles connues.

«Aujourd'hui, nous leur montrerons ce qu'on peut leur mettre dans les dents», a-t-il écrit.

Une nouvelle entente de cessez-le-feu conclue en décembre, après celle de septembre qui s'était avérée vaine, s'est écroulée une semaine après le début de la nouvelle année, malgré les nombreux efforts pour faire durer la trêve.

PLUS:pc