DIVERTISSEMENT

«Tu dors Nicole» : la sortie en France sera importante

18/01/2015 08:30 EST | Actualisé 18/01/2015 08:32 EST
Capture d'écran Youtube

Le film Tu dors Nicole prendra l’affiche en France, dans une cinquantaine de salles, en mars. S’il s’agit, «toutes proportions gardées», d’une «sortie modeste», aux dires du réalisateur Stéphane Lafleur, il reste tout de même que le rayonnement de l’histoire de la jeune insomniaque Nicole (Julianne Côté) pourrait être plus important chez nos cousins qu’il ne l’a été chez nous.

«Ce sera la plus grosse sortie d’un de mes films à l’étranger, a signalé Stéphane Lafleur, lors du dévoilement des finalistes des prix Écrans canadiens 2015, la semaine dernière. Il y aura probablement plus de copies là-bas que ce qu’on a sorti au Québec. Il faut dire que la population n’est pas la même non plus… Je n’ai pas d’attentes, j’ai très hâte de voir ce qui va se passer avec ça. Je suis réaliste du genre de film que c’est. Moi, j’ai toujours l’impression que je ne suis pas connu ailleurs, alors je ne sais pas trop à quoi m’attendre! (rires)»

À titre de comparaison, En terrains connus, deuxième long-métrage de Stéphane Lafleur, avait été présenté sur cinq ou six écrans en France en 2012, alors que sa première œuvre, Continental, un film sans fusil, avait été distribuée là-bas seulement en DVD. Une évolution qui rend les producteurs Luc Déry et Kim McCraw très optimistes quant à l’avenir de Tu dors Nicole dans l’Hexagone.

«C’est un bon petit distributeur, Acacias, qui s’occupe du film là-bas, a expliqué Luc Déry. Ils ont quelques salles de cinéma, et leur spécialité, c’est de ressortir des classiques du cinéma en salle, des copies restaurées, mais ils font aussi deux ou trois films récents par année. C’est une compagnie qui a une super belle réputation.»

Stéphane Lafleur ira assurer la promotion de Tu dors Nicole en France en mars et fera de même cette semaine, au Festival international du film de Rotterdam, aux Pays-Bas. Parallèlement, il planche sur le scénario de Baldam l’improbable, une adaptation du roman de Carle Coppens, paru aux éditions du Quartanier à l’automne 2011. Il fait équipe avec le réalisateur Emmanuel Hoss-Desmarais sur ce projet.

«C’est un truc assez éclaté et Emmanuel et moi avons une belle complicité», a relevé le cinéaste.

Aucune date de sortie n’a encore été arrêtée pour Baldam l’improbable.

Prix Écrans

Luc Déry, Kim McCraw, Stéphane Lafleur et leurs collègues de Tu dors Nicole avaient de bonnes raisons de se réjouir à la conférence de presse des prix Écrans canadiens 2015, chapeautés par l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision au Québec (qui orchestre aussi les prix Gémeaux), et qui récompense les professionnels de l’industrie du cinéma et de la télévision au Canada.

Tu dors Nicole fait belle figure dans la liste des nommés avec six mentions, incluant celles du Meilleur film, de la Meilleure réalisation, du Meilleur scénario, de l’Interprétation masculine dans un rôle de soutien (Marc-André Grondin), de l’Interprétation féminine dans un premier rôle (Julianne Côté) et de l’Interprétation féminine dans un rôle de soutien (Catherine St-Laurent).

«Souvent, nos films en français sont difficiles à distribuer dans le reste du Canada et passent un peu inaperçus, a remarqué Stéphane Lafleur. Un événement comme les prix Écrans contribue à faire parler du film et à donner le goût aux gens d’aller le voir. C’est ce qu’on recherche quand on a travaillé sur un film pendant trois ans!»

Julianne Côté, interprète du rôle-titre de Tu dors Nicole, qui affrontera entre autres Julianne Moore et Anne Dorval dans son créneau, était également très émue de voir son travail ainsi salué.

«Ce film-là est précieux pour moi, il signifie beaucoup, a souligné la jeune comédienne, qu’on peut voir ces temps-ci dans le nouveau téléroman de VRAK TV, Le chalet. C’est le premier film dans lequel je campe un rôle d’envergure, et j’en suis vraiment fière.»

Sans surprise, Mommy, de Xavier Dolan, est toutefois le titre qui s’en tire le mieux au tableau d’honneur des prix Écrans canadiens 2015, avec 13 citations, dont celles du Meilleur film, de la Meilleure réalisation, du Meilleur scénario, de l’Interprétation masculine dans un premier rôle (Antoine Pilon), de l’Interprétation féminine dans un premier rôle (Anne Dorval), et de l’Interprétation féminine dans un rôle de soutien (Suzanne Clément).

Henri Henri, première offrande de Martin Talbot, représentera aussi dignement la Belle Province à la cérémonie avec sa présence dans six catégories techniques (costumes, images, montage, maquillage, musique originale et montage sonore).

Quant à Sandrine Bisson, elle est nommée pour son rôle de maman colorée dans 1987.

«On dirait que je ne peux pas croire qu’il y a des gens qui ont vu 1987 partout, a rigolé l’actrice, très excitée par la bonne nouvelle. Et comment ils ont fait pour me remarquer, étant donné que je parle tellement vite dans le film! (rires) Pour moi, c’est une belle tape dans le dos qui vient du Canada, de l’exposure, on me dit que ce que j’ai fait est bien, que mes mimiques ne sont pas pires! (rires) Juste d’être en nomination, c’est comme si j’avais déjà gagné. J’étais nerveuse seulement de me présenter à la conférence de presse! Je vais aller là pour fêter», s’est promis Sandrine Bisson.

Maps To The Stars, de David Cronenberg, a récolté sept mentions, In Her Place, de Albert Shin, en a amassé sept, Fall, de Terrence Odette, en a recueilli cinq, et Meetings with a Young Poet, de Rudy Barichello, en compte cinq aussi.

Au petit écran, Orphan Black mène le bal avec ses 13 nominations, mais est suivie de près par une fiction que les Québécois connaissent bien, la mouture anglophone de 19-2, mentionnée 10 fois, notamment en tant que série dramatique, et pour sa réalisation (Érik Canuel), ses textes, et les acteurs Jared Keeso, Benz Antoine, Dan Petronijevic, Maxim Roy et Laurence Leboeuf.

«Une bonne chanson, peu importe les arrangements ou les versions, reste une bonne chanson, a illustré le producteur Luc Chatelain, d’Écho Média. Je pense qu’une bonne histoire, c’est la même chose. La version anglophone a été conçue avec beaucoup de respect de ce qui avait été fait en français, c’a très bien fonctionné, et la chaîne Bravo a enregistré ses meilleures cotes d’écoute de l’an dernier avec 19-2

19-2 reprendra l’antenne dans la langue de Shakespeare lundi, sur Bravo, pour une deuxième saison, et dans la langue de Molière, le 28 janvier, à Radio-Canada, pour une troisième saison.

Au total, 151 Québécois ont été retenus dans la liste des finalistes des prix Écrans canadiens 2015, qui seront remis dans le cadre de la semaine du Canada à l’écran, du 23 février au 1er mars. Le gala de clôture sera diffusé en direct, sur CBC, le dimanche 1er mars.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleures photos du Festival de Cannes 2014