NOUVELLES

Entrée en vigueur de nouveaux parcours d'Orléans Express en Gaspésie

18/01/2015 03:21 EST | Actualisé 20/03/2015 05:12 EDT
Canadian Press

MONTRÉAL - Les nouveaux parcours des autocars d'Orléans Express en Gaspésie sont entrés en vigueur dimanche.

La Régie intermunicipale de transport Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine (RÉGÎM) s'occupera désormais de faire la liaison entre les citoyens et les nouveaux arrêts d'Orléans Express par un service de navettes.

Le service d'autocars est maintenant considéré comme étant «semi-express», indique le site Internet d'Orléans Express. Le nombre d'arrêts passe ainsi de 44 à 7 dans la partie nord de la péninsule gaspésienne, tandis qu'il est réduit de 47 à 8 au sud.

Les nouvelles navettes doivent cependant être réservées 24 heures à l'avance, au coût de 3 $. La RÉGÎM assure aux clients qu'ils arriveront à l'arrêt 15 minutes avant le départ de l'autocar et qu'une navette les attendra à leur retour.

Le RÉGÎM évalue qu'au moins 23 000 embarquements par année étaient enregistrés aux arrêts qui ont été retirés. Percé, Bonaventure et New Richmond comptent parmi les municipalités qui n'ont plus de points de service d'Orléans Express.

Le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, a annoncé en décembre un investissement de 530 000 $ pour soutenir le service régional de navettes.

Mais le service de navettes risque de ne pas être la solution à long terme. Lors des audiences de la Commission des transports du Québec, l'entreprise Keolis Canada, qui exploite les autocars Orléans Express, a dévoilé son intention de mettre fin à son service à l'est de Rimouski d'ici la fin de 2015.

Une situation semblable se déroule en Mauricie, où le service d'Orléans Express entre La Tuque et Trois-Rivières a été interrompu. Un nouveau service organisé par l'organisme Transport collectif du Haut St-Maurice doit prendre le relais dès mardi.

Pendant ce temps, les 17 départs quotidiens entre Montréal et Québec demeurent inchangés, tout comme le service express entre les deux villes.

En 2013, Keolis Canada a déclaré des pertes de 3,5 millions $.

INOLTRE SU HUFFPOST

La Gaspésie «à bottine»