NOUVELLES

Le groupe Boko Haram enlève des dizaines de personnes dans le nord du Cameroun

18/01/2015 05:22 EST | Actualisé 20/03/2015 05:12 EDT
FLORIAN PLAUCHEUR via Getty Images
TO GO WITH AFP STORY BY BEN SIMON A hunter poses in Yola, state capital of Adamawa, on December 4, 2014 after taking part in an operation against Nigerian Islamist extremist group Boko Haram. Military and vigilantes forces acknowledge the crucial support of hunters in the fight against Boko Haram. AFP PHOTO / FLORIAN PLAUCHEUR (Photo credit should read FLORIAN PLAUCHEUR/AFP/Getty Images)

ABUJA, Nigeria - Le groupe islamiste nigérian Boko Haram a attaqué un village du nord du Cameroun tôt dimanche, où il a tué trois personnes et en a enlevé des dizaines d'autres, a déclaré le ministre camerounais de l'Information, en précisant que certains otages sont des enfants.

Dans une attaque distincte au Nigeria, un kamikaze a tué quatre personnes et a fait 35 blessés à Potiskum, dans le nord-est du pays, selon un média nigérian.

L'attaque au Cameroun, la pire perpétrée jusqu'à maintenant par le groupe islamiste dans le pays voisin, s'est produite dans le village de Mabass, dans la région de l'Extrême-Nord, a indiqué le ministre Issa Tchiroma Bakary. Il a affirmé que 80 résidences avaient été détruites et que «de 30 à 50» personnes auraient été enlevées.

M. Bakary a qualifié les assaillants de «barbares sans foi ni loi» que rien ne peut arrêter.

Les attaques du groupe islamiste au Nigeria et au Cameroun illustrent la menace régionale grandissante que représente Boko Haram. L'attaque de dimanche a eu lieu trois jours après que le président camerounais, Paul Biya, eut annoncé que le Tchad déploierait un «important contingent» pour soutenir l'armée camerounaise qui tente de repousser l'offensive des extrémistes.

Les troupes tchadiennes ont commencé à arriver dans le nord du Cameroun dimanche, a précisé le ministre camerounais de l'Information.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi dans les rues de la capitale tchadienne, N'Djaména, pour exprimer leur appui au déploiement militaire, selon un article publié sur le site officiel de la présidence tchadienne.

Boko Haram recrute des combattants au Cameroun, au Tchad et au Niger, et le groupe a récemment diffusé une vidéo dans laquelle il menace le président Biya.

L'attaque à Potiskum, la plus grande ville commerciale de l'État de Yobe, au Nigeria, s'est produite vers 10 h près d'une station-service, selon Channels Television. L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat.

Il s'agit du troisième attentat-suicide ce mois-ci à Potiskum, et il survient alors que Boko Haram multiplie les attaques et élargit le territoire qu'il contrôle dans le nord-est du Nigeria.

Le 3 janvier, le groupe a assailli la localité de Baga, près de la frontière avec le Tchad, où il a perpétré l'une de ses attaques les plus graves jusqu'à maintenant. Les extrémistes ont pris le contrôle d'une base militaire et ont tué des centaines de civils durant plusieurs jours, d'après les récits des témoins.

Cette attaque a alimenté les discussions sur la mise sur pied d'une force multinationale pour combattre les extrémistes dans la région, bien qu'un déploiement ne semble pas imminent.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mouvements islamistes en Afrique