NOUVELLES

Les forces syriennes affrontent les unités kurdes dans de rares combats

17/01/2015 02:49 EST | Actualisé 19/03/2015 05:12 EDT

BEYROUTH - Le forces du gouvernement syrien et des combattants kurdes dans la ville de Hassaké se sont engagés dans des combats qui ont fait plusieurs morts et blessés, samedi, après deux jours de tensions entre les deux camps.

Il est rare, depuis le retrait de l'armée des régions kurdes en 2012, que ces deux groupes s'affrontent. Depuis 2012, des membres de la milice kurde les Unités de protection du peuple (ou YPG) ont été déployés dans ces régions.

Selon l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme, les affrontements ont commencé après que des membres des YPG ont arrêté dix soldats et hommes armés pro-gouvernementaux qui se sont postés dans ces régions contrôlées par les kurdes.

En après-midi, les combattants des YPG avaient pris le contrôle d'un poste de police, d'une station d'essence de l'armée et de silos de céréales. Quatre soldats auraient été tués et 25 capturés, alors que les forces syriennes avaient capturé quatre combattants kurdes.

Selon Nasser Haj Mansour, un responsable de la défense dans la région kurde de la Syrie, la situation s'est calmée dans l'après-midi, mais aucune entente de cessez-le-feu n'a été conclue. Toutes les possibilités peuvent donc être envisagées.

M. Mansour a affirmé que des chars d'assaut du gouvernement ont bombardé des quartiers de Hassaké. Il y aurait des morts parmi les civils. Dix soldats ont aussi été tués et deux membres des YPG ont été blessés, l'un d'eux gravement.

«Les forces du régime nous ont attaqués, on s'est seulement défendus», a-t-il dit par téléphone.

Les kurdes forment la minorité ethnique la plus nombreuse de Syrie. Ils représentent 10 pour cent de la population d'avant la guerre, qui était de 23 millions de personnes. Ils sont concentrés dans les régions de Hassaké et Kameshli, dans le nord-est du pays, entre les frontières turque et irakienne.

PLUS:pc