NOUVELLES

Le Québec a marqué des points auprès du Pays de Galles, croit Couillard

17/01/2015 05:24 EST | Actualisé 19/03/2015 05:12 EDT

LONDRES - Le premier ministre Philippe Couillard n'a peut-être pas procédé à des annonces majeures lors de sa visite de deux jours au Royaume-Uni, mais il estime avoir placé le Québec dans une position enviable auprès du Pays de Galles, qui semble avoir l'oeil sur le marché canadien.

Si l'administration galloise possède actuellement un bureau commercial à Washington, aux États-Unis, elle n'est pas encore présente au pays, ce qui pourrait cependant changer dans un avenir rapproché.

D'après ce qu'il a été permis d'apprendre, Montréal serait en concurrence directe avec Toronto pour l'obtention de ce bureau.

Le premier ministre québécois, qui a passé la journée de vendredi — sa dernière au Royaume-Uni — entre Cardiff et Bridgend, à l'invitation de son homologue gallois Carwyn Jones, a estimé avoir marqué des points auprès de ce dernier lors de leurs discussions.

«On leur a dit que nous avions de fortes conviction que, lorsque le moment serait venu pour eux de s'installer au Canada (...) que Montréal, pour plusieurs raisons, serait un site idéal, a expliqué M. Couillard, vendredi, en fin de journée. Je pense que le message a été bien entendu.»

Aux côtés de M. Jones au terme d'une visite à Bridgend, le premier ministre québécois a souligné que les Gallois s'étaient montrés «très sensibles» à sa visite.

«C'est très apprécié d'avoir fait une visite au Pays de Galles, ce qu'aucun premier ministre du Québec n'a fait auparavant, a dit M. Couillard. Je ne les blâme pas, il y a toujours beaucoup de visites à faire. Mais je peux vous dire que les Gallois y sont très sensibles.»

Selon lui, les liens commerciaux entre le Québec et le Royaume-Uni, qui datent de plus de 50 ans, penchent en faveur de Montréal en ce qui a trait au bureau commercial.

Le Royaume-Uni est l'un des principaux partenaires commerciaux du Québec avec les États-Unis et la Chine. En 2013, les échanges entre les deux juridictions se sont chiffrés à 4,77 milliards $, en hausse de 9,8 pour cent par rapport à 2012.

De plus, au cours des six premiers mois de 2014, les exportations du Québec vers le Royaume-Uni ont progressé de 65 pour cent.

Par ailleurs, les événements survenus au cours des derniers jours en Belgique ne devraient pas perturber la mission économique et politique de M. Couillard, qui doit notamment faire faire escale à Bruxelles avant de se rendre au Forum économique de Davos, en Suisse, la semaine prochaine.

Des perquisitions antiterroristes menées par les autorités européennes se sont notamment soldées par l'arrestation d'une vingtaine d'individus, dont 13 en Belgique.

«Bien sûr que ça nous préoccupe, a dit M. Couillard. Il semble que l'on ait évité une tragédie. Les gens de la sécurité qui nous accompagnent s'occupent de ces questions-là.»

L'entourage de M. Couillard a fait savoir qu'il n'y avait «pas de changement» pour le moment et que la situation belge était suivie de près avec le bureau du délégué général du Québec à Bruxelles.

Pour le moment, des mesures de sécurité supplémentaires n'ont pas été déployées autour du premier ministre puisqu'il est plus surveillé qu'à l'habitude à l'étranger.

En plus de visiter le port d'Anvers, M. Couillard doit notamment s'entretenir en Belgique avec des représentants gouvernementaux à la Commission européenne en plus de prononcer une allocution devant la Chambre de commerce Canada-Belgique-Luxembourg.

PLUS:pc