NOUVELLES

La sécurité renforcée en Belgique après l'opération antiterroriste

17/01/2015 10:55 EST | Actualisé 19/03/2015 05:12 EDT

BRUXELLES - Quelques jours après l'opération antiterroriste qui a fait deux victimes et mené à l'arrestation de dizaines de suspects dans l'ouest de l'Europe, les militaires étaient à pied d'oeuvre partout en Belgique pour prêter main forte aux forces policières assurant la sécurité des villes et des possibles cibles de terrorisme.

C'était la première fois en 30 ans que les autorités belges faisaient appel à l'armée pour aider la police dans les villes. La Belgique a d'ailleurs augmenté à 3 le niveau d'alerte terroriste, soit le second plus haut.

En entrevue avec le réseau VTM, samedi, le ministre de la Justice, Koen Geens, a souligné la nécessité de se préparer à affronter des temps difficiles. L'opération antiterroriste a été menée contre des gens soupçonnés de planifier des attaques imminentes contre des édifices de la police.

Quelque 150 soldats gardaient des synagogues à Antwerp, le Musée juif à Bruxelles et d'autres immeubles ciblés dans le pays. Les effectifs pourraient doubler au cours des prochaines jours, jusqu'à réévaluation de la situation la semaine prochaine.

Les polices française, belge, allemande et irlandaise ont mis au moins 30 suspects derrière les barreaux vendredi. À Bruxelles, les autorités ont indiqué qu'une dizaine de perquisitions ont mené à la découverte de quatre fusils d'assaut Kalachnikov, des pistolets et des explosifs. Plusieurs uniformes de policier ont aussi été trouvés. Les autorités soupçonnent qu'ils auraient servi aux attaquants à se déguiser pour mener des attaques.

Ces perquisitions suivaient les importantes descentes policières de jeudi, à Bruxelles et à Verviers, durant lesquelles deux suspects ont été abattus pendant une fusillade. Trois autres ont été blessés. L'opération visait plusieurs personnes revenant de la Syrie, où elles avaient combattu dans les rangs djihadistes. Les autorités ont aussi précisé qu'il n'y avait pas de lien apparent entre ces complots et les attaques de Paris.

PLUS:pc