NOUVELLES

Grèce: quatre présumés terroristes arrêtés, mais aucun lien avec la Belgique

17/01/2015 03:13 EST | Actualisé 19/03/2015 05:12 EDT

ATHÈNES, Grèce - La police grecque a arrêté quatre présumés terroristes, et la Belgique a brièvement cru que la Grèce avait mis la main sur un suspect clé des opérations dans leur pays.

Une source policière anonyme avait d'abord indiqué qu'un des quatre suspects pouvait être un homme recherché par les autorités belges, soupçonné d'être le chef d'une cellule djihadiste.

Parmi les quatre personnes arrêtées samedi, l'une d'elles «correspond à la description» d'Abdelhamid Abaaoud, un homme recherché par la Belgique, soupçonné d'avoir orchestré une cellule djihadiste démantelée, affirmait-on.

Après des vérifications de l'information sur l'identité des suspects à Bruxelles, le juge fédéral Eric Van der Sypt a affirmé qu'il n'y avait aucune concordance avec tout suspect de terrorisme recherché en Belgique, et qu'ils n'avaient «rien à voir» avec l'enquête en Belgique.

La police grecque avait envoyé des photos, des empreintes digitales et des analyses d'ADN aux autorités belges.

Jeudi en Belgique, deux suspects sont morts et un autre a été blessé dans une vaste opération antiterroriste, qui a mené à l'arrestation de plusieurs suspects de retour de la Syrie où ils avaient participé au djihad. Eric Van Der Sypt, substitut du procureur belge, avait affirmé que les suspects planifiaient mener des attaques contre des édifices de la police dans les heures qui suivaient.

Selon les médias belges, les enquêteurs recherchent toujours un homme, un Belge d'origine marocaine qui s'était rendu en Syrie pour combattre avec le groupe armé État islamique et qu'on croyait en Grèce.

PLUS:pc