NOUVELLES

Montréal: un constructeur de condos doit abaisser son immeuble de plusieurs pieds

16/01/2015 10:39 EST | Actualisé 16/01/2015 10:40 EST
Radio-Canada

Un promoteur immobilier va devoir littéralement abaisser son bâtiment en le faisant « glisser vers le bas » car l'arrondissement d'Outremont estime que son immeuble en construction est trop élevé, a appris Radio-Canada.

Un texte de Bahador Zabihiyan

Les projets de condominium se multiplient à Montréal. Mais les règlements municipaux encadrant leur construction peuvent parfois faire l'objet d'interprétations différentes de la part de la municipalité et des promoteurs.

Dans le cas du 801, avenue Rockland à Outremont, la différence est de plusieurs « pieds ».

« Le niveau du rez-de-chaussée n'est pas au même niveau que le voisinage », explique Chantal Séguin, responsable de la division des permis et inspections à l'arrondissement d'Outremont.

L'immeuble, qui est encore en construction, fait quatre étages. Mais l'arrondissement a estimé qu'il était trop haut par rapport à ce qui était stipulé dans le permis de construire délivré initialement.

Après une interruption des travaux de quatre mois, le promoteur a accepté d'entamer des travaux « correctifs » pour « réduire la hauteur du bâtiment », dit Mme Séguin.

Seulement, le nombre d'étages restera le même.

Mondev, le constructeur, va devoir « glisser le bâtiment vers le bas » de quelques pieds dans le cadre d'« importants » travaux, dit Mme Séguin.

La structure n'a pas encore été descendue, mais les travaux, qui avaient été arrêtés pendant quatre mois, ont repris en décembre. « J'aimerais bien aller voir ça, c'est certain », dit Mme Séguin au sujet de l'opération qui va consister à abaisser le niveau du bâtiment en construction.

Sur le site de l'immeuble, qui comptera 13 unités de condominiums, les ouvriers sont à pied d'œuvre. « On fait juste les modifications que la Ville nous a demandé, il faut descendre la brique plus bas, puis l'aménagement paysager », dit un employé de Mondev, sans vouloir donner plus détails.

Mondev n'a pas souhaité accorder d'entrevue, mais la compagnie assure que les travaux correctifs n'auront pas d'impact sur les prix ou la qualité des condominiums.

L'arrondissement a distribué en décembre un avis aux résidents habitant près de l'immeuble pour les informer de la reprise des travaux. Certains s'interrogent. « C'est une erreur de la part de qui? Est-ce que c'est le constructeur qui s'essaye? Ou est-ce que c'est une erreur qui a été faite lors de la construction? », dit Johan Valentin, qui possède un salon de coiffeur dans un immeuble voisin du 801, avenue Rockland.

Mondev n'a pas souhaité indiquer le coût de ses travaux supplémentaires, mais a souligné qu'il s'agissait de simples correctifs.

Réduire la hauteur d'un bâtiment peut parfois s'avérer coûteux. Ainsi, en 2007, l'entrepreneur Mario Di Palma avait dû démolir le quatrième étage de l'immeuble qu'il venait de construire, car la Ville estimait que le bâtiment ne respectait pas les règles de l'arrondissement Ville-Marie. Les travaux de démolition ont coûté plusieurs millions de dollars à M. Di Palma, qui a entamé des poursuites contre la Ville de Montréal.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 immeubles les plus inutiles selon l'ONG CTBUH