NOUVELLES

Charlie Hebdo: 2 500 manifestants en Jordanie contre les nouveaux dessins de Mahomet

16/01/2015 09:47 EST | Actualisé 16/01/2015 09:47 EST
BERTRAND GUAY via Getty Images
A man reads, in a newsroom in Paris, the last issue of French satirical weekly Charlie Hebdo on January 13, 2015. A defiant Charlie Hebdo cover of a crying Prophet Mohammed above the slogan 'All is Forgiven' was reproduced by media around the world on January 13, its first since many of its staff were slain in a jihadi attack that killed 12 people on January 7. This week's post-attack edition of the French satirical magazine Charlie Hebdo will be made available in six languages including English, Arabic and Turkish. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY (Photo credit should read BERTRAND GUAY/AFP/Getty Images)

Quelque 2 500 manifestants ont défilé vendredi à Amman contre la publication par le journal satirique français Charlie Hebdo d'une nouvelle représentation du prophète Mahomet qui continuait de provoquer l'indignation dans plusieurs pays musulmans.

A Amman, les manifestants, parmi lesquels des membres des Frères musulmans et d'organisations de jeunesse, ont défilé après la prière hebdomadaire dans la Grande mosquée Al-Husseini, arborant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "l'atteinte au grand prophète relève du terrorisme mondial".

La manifestation, qui s'est tenue au milieu de mesures de sécurité renforcées, s'est dispersée dans le calme.

Le principal parti de l'opposition, le Front de l'Action islamique (FAI), vitrine politique des Frères musulmans en Jordanie, avait affirmé mercredi que "l'atteinte à la personne du prophète (...) est une atteinte à tous les musulmans à travers le monde".

Charlie Hebdo, cible d'une attaque jihadiste le 7 janvier à Paris (12 morts), a publié mercredi en Une une nouvelle caricature du prophète représenté la larme à l'œil et tenant une pancarte "Je suis Charlie", le slogan des manifestants qui ont défilé en France et à l'étranger.

Le roi Abdallah II, qui a participé à la marche de Paris contre le "terrorisme", a qualifié jeudi d'"irresponsable et inconscient" Charlie-Hebdo pour avoir publié de nouveaux dessins portant "atteinte" au prophète.

A Khartoum, quelques centaines de fidèles ont brièvement manifesté après la grande prière hebdomadaire dans la Grande mosquée. "Expulsez l'ambassadeur de France, victoire au prophète de Dieu", ont-ils scandé. Sur une banderole on pouvait lire: "le gouvernement français doit présenter des excuses et doit cesser ses insultes contre les figures religieuses".

A Tunis, plusieurs fidèles ont quitté la mosquée el-Fath alors que l'imam Noureddine Khadmi, un ancien ministre des Affaires religieuses, n'avait pas terminé le prêche consacré au prophète et l'attentat contre Charlie Hebdo.

"Nous sommes contre toute atteinte à notre prophète mais cela n'est pas une excuse pour tuer les gens. Ce qui s'est passé (l'attentat) est contre l'islam qui est une religion de tolérance, et a porté atteinte à tous les musulmans à l'étranger", a-t-il dit.

Certains des fidèles l'ont alors interrompu en arguant que les journalistes de Charlie Hebdo "méritaient d'être tués puisqu'ils ont insulté plusieurs fois notre prophète".

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Fusillade au Charlie Hebdo