NOUVELLES

Pour l'Impact, Romario Williams a été sélectionné pour jouer dès cette année

15/01/2015 05:17 EST | Actualisé 17/03/2015 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'avenir, pour l'Impact de Montréal, c'est maintenant. C'est dans cet état d'esprit qu'ils ont décidé de repêcher l'attaquant Romario Williams avec le troisième choix au total du Super repêchage de la Major League Soccer, jeudi.

L'entraîneur-chef et directeur du personnel des joueurs, Frank Klopas, n'a pas repêché le jeune Jamaïcain de 20 ans comme projet à long terme. Il n'est donc pas question pour lui de passer par l'équipe de développement du FC Montréal.

«Nous l'avons repêché pour la première équipe, a souligné Klopas au cours d'une téléconférence en provenance de Philadelphie, où a eu lieu le Super repêchage. Ce que le club de USL Pro (le FC Montréal) nous offre comme flexibilité, c'est d'offrir plus de temps de jeu aux joueurs qui n'en auront pas suffisamment avec la première équipe ou encore de permettre à des joueurs qui reviennent d'une blessure de reprendre le collier.»

Le fait que Williams soit également sous contrat avec le programme Génération Adidas offre à l'Impact le luxe de la patience avec lui, puisque le salaire de ces joueurs ne compte pas dans la masse salariale des clubs de la MLS.

Williams a disputé les trois dernières campagne au sein du réseau universitaire américain, où il a marqué 18 buts et ajouté cinq aides en 51 matchs avec l'Université Central Florida, dont 46 à titre de titulaire. Il a été sélectionné à l'unanimité sur la première équipe d'étoiles de l'American Athletic Conference en 2014 et a été nommé joueur offensif par excellence de sa conférence en 2013.

«On voulait absolument repêcher un attaquant avec notre choix et Romario est un joueur puissant, un attaquant avec beaucoup de vitesse, qui se débrouille bien des les situations à un contre un et qui a une frappe excellente, a expliqué Adam Braz, directeur technique de l'Impact. Il possède toutes les qualités que l'ont recherchait pour un attaquant.

«Il a aussi été très bon pendant les entrevues en Floride. C'est un jeune joueur qui veut travailler fort, qui veut s'améliorer et il a très hâte de s'amener à Montréal et de jouer avec notre équipe.»

Alors que plusieurs rumeurs prêtaient à l'Impact l'intention d'effectuer une transaction pour grimper au premier rang et mettre la main sur le très convoité attaquant canadien Cyle Larin, Braz a expliqué que cette possibilité a rapidement été éliminée.

«Nous étions vraiment confortables avec le troisième choix. On savait que nous allions avoir l'un de nos meilleurs joueurs. Nous sommes vraiment contents avec Romario. Je pense qu'il va bien faire à Montréal. On va tout faire pour qu'il s'adapte très vite à notre ville et notre équipe.»

«Nous avions identifié notre joueur et nous étions très à l'aise de repêcher au troisième rang», a ajouté Klopas.

Toujours du travail

La sélection de Williams ne signifie pas pour autant que l'Impact ne cherchera pas à s'améliorer davantage à l'avant.

«Nous sommes assurément à la recherche d'un autre joueur d'impact d'expérience, a noté Klopas. C'est sûr que nous allons ajouter une autre pièce à l'avant. Nous avons Jack (McInerney), mais il faut comprendre que Jack est un jeune joueur, qui a encore besoin de temps pour se développer.

«Romario est également un jeune joueur qui aura besoin de temps pour se développer. Même s'il est bourré de talent, il aura besoin de temps pour s'acclimater à la ligue. Alors nous avons besoin et nous allons aller chercher de l'aide à l'attaque.»

Ce n'est pas un secret, l'Impact aura fort à faire pour remplacer Marco Di Vaio à l'avant.

«Remplacer Marco, c'est impossible. Il apportait quelque chose de très spécial à l'équipe. On ne peut remplacer un joueur unique, qui a si bien fait pour nous, a indiqué Braz. Ceci étant dit, nous avions un plan d'action pour la saison morte et nous l'avons mis en place de façon méthodique. On continue toujours de travailler sur ce plan. il y a toujours quelques pièces que nous désirons ajouter à l'équipe et nous travaillons très fort pour le faire. Dans un monde idéal, tout serait en place quand le camp d'entraînement s'amorcera (dans un peu plus d'une semaine), mais si ça se produit un peu plus tard, ce ne sera pas dramatique.

«Si on continue avec notre plan et obtenons les joueurs que nous voulons, nous serons très à l'aise avec notre effectif pour affronter Pachuca (en Ligue des Champions de la CONCACAF, le 3 mars). C'est extrêmement important pour nous d'avoir une formation complète pour ce match. Si on peut le faire, nous serons en bonne position de connaître un bon parcours, ce qui est très important pour notre club.»

PLUS:pc